Agen : quelle première pour Gerber qui offre la victoire à son équipe !

  • Danré Gerber a délivré les Agenais d’un drop dans les toutes dernières minutes.
    Danré Gerber a délivré les Agenais d’un drop dans les toutes dernières minutes. Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Voilà 691 jours que le SUA ne s’était pas imposé à l’extérieur. À Narbonne, il a brisé cette série dans une rencontre capitale pour le maintien. Une vraie bonne opération grâce au premier drop de la saison, signé Danré Gerber pour sa première titularisation sous le maillot du SUA.

Nous jouons la 78e minute jeudi soir au Parc des Sports et de l’Amitié. Le SUA vient de se voir refuser un deuxième essai par l’arbitre et est mené (24-23) dans un match décisif pour le maintien. C’est le moment que choisit Danré Gerber, arrivé il y a peu de Chambéry, pour enfiler sa cape de super-héros et claquer le drop de la victoire. Sur le renvoi d’en-but suivant l’essai non-accordé, Jason Robertson se trompe de cible. « Nous leur avons donné une seule consigne, c’est de ne pas viser Gerber », se lamente Marc Delpoux. Finalement, l’ouvreur sud-africain laisse un rebond, récupère le ballon et ne réfléchit pas.

Quarante-cinq mètres légèrement décalé sur son bon pied. Le reste appartient à l’Histoire. En conférence de presse, l’ancien joueur de Chambéry s’explique : « Je prends une béquille sur l’action d’avant, c’était très douloureux. Mais je dis au kiné que je veux rester sur le terrain pour rester chaud. Sur cette action en tout cas, j’avais prévu mon geste si je recevais le ballon. Donc dès que je vois le renvoi arriver vers moi, je sais que je vais le tenter. Et si jamais il ne passe pas, il y a un nouveau renvoi, donc je n’ai rien à perdre. » Un geste plein d’abnégation, qui a finalement offert la victoire à son équipe (24-26). « Le drop, il faut avoir les couilles de le tenter. On a besoin de mecs comme ça, qui les posent sur la table pour pouvoir gagner. D’ailleurs, on lui a tous embrassé le pied pour le récompenser dans le vestiaire », s’amuse Vincent Farré.

691 jours plus tard

Mais si le capitaine du SUA a le sourire, il sait par quoi le club est passé. « Je me souviens de la dernière victoire à l’extérieur. C’était il y a presque deux ans, à Brive (16-30). » Une éternité, mais Agen semble enfin avoir mangé son pain noir. « Les arrivées de Bernard et Christophe ont fait beaucoup de bien aux têtes », assure-t-il par ailleurs.

En tout cas, les Agenais ont bien repris du poil de la bête. Cela s’en ressent dans les rucks, dans les mouvements et surtout dans les attitudes sur le terrain. Jamais ils n’ont lâché, même lorsque Narbonne a pris l’ascendant dans le jeu, et au score. L’apport de certains joueurs « facteurs X » comme Kolinio Ramoka n’y est, évidemment, pas étranger. D’ailleurs, il est important de saluer le quatrième essai du Fidjien qui marche sur l’eau ces derniers mois, et qui a encore débloqué une situation bien mal embarquée en seconde période. Mais pour une fois, ce n’est pas lui la star de la soirée.

Car oui, 691 jours plus tard, il fallait bien un geste irrationnel pour venir mettre fin à une série noire. Un drop de quarante-cinq mètres, denrée rare dans le rugby actuel.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Mathieu Vich
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?