Un drop fatal pour Narbonne qui s'enfonce dans le bas de tableau du championnat

  • Un drop fatal pour Narbonne qui s'enfonce dans le bas de tableau du championnat
    Un drop fatal pour Narbonne qui s'enfonce dans le bas de tableau du championnat Midi Olympique - Stéphanie Biscaye - Midi Olympique - Stéphanie Biscaye
Publié le , mis à jour

Huitième défaite à domicile en autant de matchs pour le RCN. Un nouvel échec qui met un coup d’arrêt considérable dans la lutte pour le maintien des Audois.

Ils pensaient lever les bras vers le ciel, pour la première fois de la saison dans leur antre. Mais une nouvelle fois, les Orange et Noir se sont écroulés sur le terrain gelé du Parc des Sports et de l’Amitié. Le thermomètre affichait -1 degré. C’était glacial, comme l’ambiance qui régnait sur le terrain après la tentative de drop de Robertson pour sauver les siens. Mais celui qui aurait pu être le héros d’un soir a laissé filer la victoire à droite des poteaux. Les Audois n’ont pourtant rien lâché.

Il suffit de remonter le temps de quelques minutes, pour se retrouver à la 78e minute de jeu. Le demi d’ouverture agenais, Danré Gerber claque un magnifique drop qui permet à son équipe de reprendre l’avantage. Dans la foulée, le RCN montre tout son caractère en passant plus de trois minutes dans le camp de ses adversaires, à quelques mètres puis centimètres seulement de cette ligne qui aurait pu être synonyme de victoire. Cette 17e journée a donc résonné comme un mauvais remake de la défaite face à Montauban, avec le drop de Bosviel six minutes avant le coup de sifflet final.

Une défaite de plus dans le money time

La semaine dernière face à Aurillac, ou encore face à Montauban, Bourg-en-Bresse, Colomiers et vendredi soir Agen. Le Racing Club narbonnais accumule les défaites dans les dernières minutes de jeu. « Les semaines se suivent et se ressemblent. On perd encore le match à deux minutes de la fin et le scénario peut malheureusement se répéter encore. C’est désespérant de faire des fautes aussi graves dans le money time. Pourtant, on leur a expliqué. On peut oublier de le dire mais quand on n’oublie pas, ça fait mal », explique Marc Delpoux, directeur sportif du RCN.

Avant d’ajouter : « Tant que nous ferons ces fautes-là et qu’en plus, on ne sera pas aidé sur les décisions de fin de match, on ne pourra pas s’en sortir. Nous, on se bat avec nos armes mais une fois de plus, cela ne suffit pas. » On ne peut pas dire que ces Narbonnais-là ne se donnent pas les moyens d’y croire. Mais les maux de cette équipe sont peut-être grands, trop grands pour rivaliser en Pro D2.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Manon Moreau
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?