Bielle-Biarrey : retenez bien ce nom !

  • Bielle-Biarrey : retenez bien ce nom !
    Bielle-Biarrey : retenez bien ce nom !
Publié le

Avec Trois essais et une passe décisive, il a connu une première titularisation inoubliable à Chaban-Delmas.

C’est ce qui s’appelle des débuts hors du commun. Louis Bielle-Biarrey a vécu sa première titularisation sous le maillot de l’UBB. Et il a fêté l’événement en signant un triplé retentissant, plus une passe décisive sur l’essai de Geoffrey Cros. Pour un joueur qui n’avait jamais joué chez les professionnels avant le match de Brive la semaine passée, ça relève du cadeau du ciel. L’arrière bordelais, formé à Grenoble, a même eu droit à une ovation des 5 000 personnes dressées sur les gradins quand Christophe Urios le fit sortir à quelques minutes du terme, sans le remplacer d’ailleurs. "Il n’a pas reçu assez d’ovation. Je ne l’ai pas fait sortir au bon moment. Il avait des crampes depuis un moment déjà. Je voulais le faire sortir depuis deux minutes déjà et il ne voulait pas. Je lui ai dit : "Bon, marque un troisième essai, sinon, je te sors tout de suite." Et il l’a fait. Je voulais le faire quitter la pelouse depuis une position lointaine, depuis le centre du terrain, pour qu’il profite des acclamations. Mais finalement, il s’était déjà dirigé vers la touche. Avec deux mollets crampés, je ne voulais pas prendre davantage de risques", détaillait Christophe Urios. De Louis Bielle-Biarrey, on retiendra cette course magnifique de la première période, conclue par un léger crochet extérieur sur le dernier défenseur pour s’ouvrir le chemin de l’essai.

Pas programmé pour jouer

On se souviendra aussi de son jonglage sur son second essai, preuve qu’il était vraiment béni des dieux dimanche soir. "On a vu ce que je vois depuis qu’il est arrivé. C’est le talent. Il a marqué ses essais dans trois positions différentes. Il y a de ces choses dans le rugby… En plaisantant, je lui ai dit que le rugby est injuste. Il a été élu homme du match, sans trop travailler finalement alors que d’autres ont fait 40 plaquages et 40 regroupements… C’était une boutade car il a vraiment beaucoup de talent et il n’a peur de rien. Mais si Romain Buros ne s’était pas blessé, je pense qu’on ne l’aurait pas vu cette année. Il n’était pas programmé pour jouer en 2021-2022, même si au fur et à mesure des entraînements, on le voyait monter en puissance. Il traversait le terrain. Mais notre rôle, c’est de le protéger. La blessure de Romain a précipité les choses." J.P.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
monach Il y a 10 mois Le 19/01/2022 à 15:06

ho oui a surveiller de très près