Lure, une équipe à pérenniser

  • Le centre Yann Lhuiller et les Lurons ont créé la sensation en décrochant la première victoire de leur histoire chez leur voisin, Baume-les-Dames, alors leader invaincu. Photo DR
    Le centre Yann Lhuiller et les Lurons ont créé la sensation en décrochant la première victoire de leur histoire chez leur voisin, Baume-les-Dames, alors leader invaincu. Photo DR
Publié le

Lure - Groupe C - Après l’école de rugby, créé en 2003, le club de Lure a créé une équipe senior en 2020. Elle a fait ses vrais premiers pas en championnat cet automne.

Pour un coup d’essai, c’est presqu’un coup de maître. Pour sa première "vraie" saison après un faux départ la saison dernière, Lure a gagné son premier match avant la trêve. La nouvelle équipe haute-saônoise, née au sortir du premier confinement a bien choisi son moment - avant les fêtes - et son endroit : sur la pelouse de Baume-les-Dames, alors leader invaincu de la poule 4 du Groupe C Bourgogne-Franche-Comté. "Ça fait du bien de gagner enfin un match, sourit le président David Rémy, avant de revenir sur la création de l’équipe. Cela s’est décidé un soir à l’apéro à la maison, entre dirigeants, actuels et anciens."

Un département avec peu de clubs

Un projet d’équipe était déjà en gestation il y a quelques saisons, mais il n’avait pas vu le jour. Dans un département rural où le rugby est peu présent, Lure est seulement la deuxième équipe seniors, derrière Vesoul qui joue la qualification en Fédérale 3. Un troisième larron, Gray, possède une école de rugby, et une antenne en école de rugby existe à Corre. Le quatrième mousquetaire Luxeuil, est en sommeil.

Après avoir longtemps fait vivre une école de rugby, depuis 2003, les Lurons se sont donc lancés dans le grand bain. Les dirigeants ont battu le rappel des anciens cadets et juniors, quelques nouveaux sont venus se greffer. Cinq joueurs évoluent en double licence, trois avec Vesoul, deux avec Saint-Claude. Après cette première victoire, Lure ne nourrit pas des ambitions démesurées. À côté de l’Embar (Montbéliard-Belfort), avec qui il collabore en cadets et juniors, il s’agit surtout de proposer une alternative à la Fédérale 3 et faire vivre la pratique dans le département. "Créer une équipe est relativement facile, rappelle l’entraîneur et ancien président, Cyril Schmitt, présent au club depuis sa création. La maintenir est moins évident." Pour la pérenniser, la meilleure solution pourrait passer par des efforts en école de rugby. Montés jusqu’à 120 enfants, les effectifs ont depuis diminué. Il faut dire que la concurrence est rude au pays de Thibaut Pinot, notamment avec le handball local. "Un travail de fond de fond a été entrepris, explique le coach. L’école de rugby retrouve de la dynamique." Un projet de club house serait également dans le tuyau pour améliorer l’accueil du public et des partenaires.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?