Malgré tout, le Racing va mieux

  • Gael Fickou (Racing 92), face aux Ospreys.
    Gael Fickou (Racing 92), face aux Ospreys. Huw Evans / Icon Sport - Huw Evans / Icon Sport
Publié le

Il a fallu aux Racingmen aimer la coupe d’Europe, ce week-end, pour survivre à ce lointain voyage à Swansea. Hé quoi ? La funeste atmosphère d’un huis clos en préambule, un match un tantinet poussif face à des Gallois pour la plupart novices à ce niveau de la compétition et finalement, un retour au pays bien plus long que prévu : la faute à d’immenses nappes de brouillard ayant paralysé l’aéroport Charles de Gaulle, les Racingmen ont en effet dû prolonger leur séjour d’une nuit supplémentaire dans la joyeuse cité galloise, quand leurs familles avaient initialement prévu un dimanche au coin du feu… Quoi qu’il en coûta dernièrement à la bande à Travers, elle est aujourd’hui qualifiée pour les huitièmes de finale du tournoi continental et reste, toutes compétitions confondues, sur une série de trois victoires consécutives (Northampton, Clermont et les Ospreys). Alors, heureux ?

"Les Gallois ont été très agressifs en première période, expliquait Gaël Fickou en fin de rencontre. On savait qu’ils allaient mettre de l’intensité dans tout ce qu’ils feraient mais on ne s’attendait pas à de tels impacts : les Ospreys ont été très solides. Petit à petit, on a néanmoins trouvé des solutions." Ces solutions ont globalement coïncidé avec les entrées en jeu des "finisseurs" du 92, qu’ils se nomment Antoine Gibert, Camille Chat ou Cedate Gomes-Sa. En conférence de presse, le capitaine du Racing poursuivait ainsi : "Le banc a fait une super entrée, notamment Camille (Chat) pour sa puissance et Cedate (Gomes Sa) pour son agilité. Chacun a apporté son énergie et ça nous a fait du bien. Le but maintenant, c’est de gagner tous les matchs. La confiance nous manquait mais c’est de mieux en mieux : on est sur la bonne voie."

Lorenzetti : "Il n’y a pas d’injustice"

Après un début de saison pour le moins "moyennasse", le Racing 92 s’est donc servi de la coupe d’Europe comme d’un tremplin et à l’approche du Tournoi des 6 Nations, peut enfin envisager les doublons qui se dessinent de façon sereine. Pour la première fois depuis bien longtemps, les Franciliens déploreront seulement les absences de Gaël Fickou et Teddy Thomas ; en tout état de cause, Yoan Tanga, Virimi Vakatawa, Donovan Taofifenua et Bernard Le Roux, s’ils devraient tous faire partie de la liste des 42 joueurs appelés ce mardi par le sélectionneur Fabien Galthié pour disputer le prochain Tournoi des 6 Nations, quitteront cycliquement Marcoussis en milieu de semaine afin de défendre les couleurs de leur club.

" Il n’y a pas d’injustice majeure, nous disait à ce sujet le président Jacky Lorenzetti, dimanche matin. Notre saison fut jusqu’ici difficile et le nombre de nos sélectionnés s’en ressent. Mais je suis confiant. La parenthèse européenne nous a, je l’espère, remis sur de bons rails". Du côté des Hauts-de-Seine et avant d’aborder le dernier round de la phase aller de coupe d’Europe, face à Northampton, il reste désormais à finaliser deux dossiers majeurs : le premier concerne Juan Imhoff, qui souhaiterait deux années supplémentaires quand le club ne lui en a visiblement proposé qu’une ; le second, plus épineux s’il en est, aura trait à l’avenir de Kurtley Beale, si courtisé par son pays natal…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?