Pro D2 - Face à Aurillac, Bayonne retrouve ses bases

  • Les Bayonnais pourraient battre leur record d’invincibilité cette saison, s’ils triomphent de Grenoble la semaine prochaine. Photo Pablo Ordas
    Les Bayonnais pourraient battre leur record d’invincibilité cette saison, s’ils triomphent de Grenoble la semaine prochaine. Photo Pablo Ordas Pablo ORDAS
Publié le

Malgré une inconstance persistante en première mi-temps, l’Aviron a renoué avec l’efficacité près des lignes. Notamment grâce à la performance de ses avants et une défense de fer.

Il est un jeu qui passionne les spectateurs de Jean-Dauger, à la mi-temps. Sur le tri des déchets. Il semble que le message pédagogique ait bien été entendu… par les joueurs bayonnais ! Après une première période où ils auraient dû virer plus largement en tête au vu des nombreuses occasions envolées par manque de maîtrise dans leurs gestes techniques, ils sont ressortis des vestiaires avec bien plus de précision. En six minutes, avec trois essais des avants dont deux sur ballon porté, ils ont mis à la raison une courageuse équipe d’Aurillac, pourtant forte d’ordinaire dans ce secteur. "À la mi-temps, le score était un peu heureux pour nous. On a été défaillants sur les ballons portés. Les Bayonnais ont su appuyer là où ça fait mal", constate Mathieu Lescure, l’entraîneur aurillacois, néanmoins satisfait de l’engagement de ses troupes. Si les maux bayonnais sont réapparus dans la première moitié de match, ils ont donc vite disparu, avec une efficacité retrouvée près de la ligne. Due à la performance des avants, notamment sur les ballons portés. Un pan de jeu plutôt déficient lors du match de reprise la semaine précédente. "On savait qu’on n’avait pas été assez bon contre Agen… et c’est une fierté d’avoir réussi, précise Torsten Van Jaarsveld, le pilote du pack. On a vraiment bien travaillé cette semaine avec Antoine (Battut). Les ballons portés et la mêlée, ce sont les bases de tout. C’est plus facile, ensuite, pour les trois-quarts."

Les Basques effacent en partie leurs prestations antérieures qui, malgré une invincibilité de six matchs consécutifs, laissaient à désirer sur le plan du jeu. Toujours cette inconstance… "J’espère que les gars vont prendre conscience de leur potentiel. On le leur dit assez souvent, assure "Jeff" Dubois. Et qu’on essaie de jouer de la 1re à la 80e minute, malgré l’adversité. Il faut construire le match. Là-dessus, on l’a bien fait et au final, on peut se montrer satisfait. Sur la deuxième mi-temps, honnêtement, on a fait un quart d’heure, vingt minutes de haut niveau. Même si on peut regretter ces ballons tombés sur la fin dans une espèce de hourra rugby."

Et maintenant, Grenoble !

Bayonne poursuit donc son petit bonhomme de chemin toujours en chasse des deux formations devant elle. En grignotant quelques points sur Mont-de-Marsan. Une situation qui, pour l’instant, ne préoccupe pas outre mesure le groupe. "On en parle quand même assez avec les joueurs, il faut qu’on trace notre chemin, précise Peyo Muscarditz. Sans le faire par rapport à eux, mais pour nous. On ne doit pas être tenus par eux. Il y aura des confrontations directes. À ce moment-là, les matchs seront importants, sans négliger deux d’avant."

C’est pourquoi l’Aviron se concentre sur le présent et la réception de Grenoble. L’occasion de battre son record d’invincibilité cette saison.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Edmond LATAILLADE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?