Rémi Picquette, un Skelton junior

  • Rémi Picquette,  un Skelton junior
    Rémi Picquette, un Skelton junior
Publié le

Sortie après sortie, Rémi Picquette s’impose indéniablement comme LA doublure de luxe de Will Skelton. Épatant.

Ses baptêmes du feu, jusqu’ici, il n’en gardait pas franchement un bon souvenir. Sa première en Top 14, avec La Rochelle, en juin 2016 ? Une lourde défaite, à Clermont (57-8). Sa première en Pro D2, pour sa première titularisation en pro tout court, en décembre 2017 ? Là encore, un revers. 28-21 sur la pelouse de Narbonne, avec Vannes. Mais le fameux adage "jamais deux sans trois", Rémi Picquette l’a écrabouillé, pour le coup. Comme ses adversaires directs anglais. Samedi soir, pour ses débuts en Champions Cup, il ne pouvait guère rêver mieux. Une prestation franchement aboutie, 80 minutes sur le terrain et un doublé inédit pour couronner son dépucelage européen. Chapeau.

"Quand j’étais un peu plus jeune, ça m’est arrivé. Mais, là, en pro, c’est le premier doublé ! Même s’il s’agit d’essais en pick and go, en force, on le comptera quand même, celui-là, savoure le deuxième ligne de 2 mètres et 117 kilos. D’être entouré de gros joueurs, ça aide, ça ouvre des espaces pour moi qui ne suis pas attendu. Ça fait vachement plaisir. C’est un peu de travail, aussi, et ça paye." Mais n’en ferait-il pas déjà partie des "gros joueurs", dont il parle, au juste ? En seulement huit matchs disputés depuis son retour au bercail, l’été dernier, Rémi Picquette dégage une très forte impression. Un tour de force quand on connaît le nom du titulaire du poste, en numéro 5. Nul autre que Will Skelton.

Content mais pas rassasié

"Est-ce que je suis dans le vrai ? C’est un peu compliqué de s’auto-évaluer mais je suis content du temps de jeu que j’ai pu prendre pour le moment, glissait déjà il y a quelques jours le natif du Nord, questionné sur sa première moitié de saison. C’est forcément compliqué d’arriver de Pro D2 et de se dire "bon, il y a Will Skelton et ses qualités et capacités absolument inouïes sur le terrain (sourire)". Donc je dirais que je suis content car j’arrive à rentrer dans le groupe et apporter ce que je sais apporter. Je pense qu’avec le temps, je parviendrai à apporter encore plus." Ça promet.

Rémi Picquette, marcher dans les pas de Will Skelton, une surprise, vous dites ? En même temps, Jean-Noël Spitzer, son mentor à Vannes, avait donné l’alerte. Dithyrambique à l’égard de son ancien poulain, le manager du RCV lui prêtait déjà, en fin de saison dernière, les dispositions nécessaires pour atterrir rapidement dans les radars du XV de France. Les deux hommes se sont d’ailleurs recroisés pas plus qu’après Noël, lors de la réception du Lou à Deflandre. "J’espère qu’il aura raison dans le futur", croise les doigts Skelton junior. Ça lui sied bien, non, comme surnom ?

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Romain ASSELIN
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?