Apprentissage accéléré pour Arles

  • Les joueurs d’Arles ont eu confirmation avec leurs résultats récents que le travail finissait toujours par payer. Photo DR
    Les joueurs d’Arles ont eu confirmation avec leurs résultats récents que le travail finissait toujours par payer. Photo DR
Publié le

Fédérale 3 - Promu à l’été 2020, le club Arlésien découvre le niveau avec un groupe rajeuni qui doit apprendre sur le tas.

Arles a parfaitement débuté l’année, avec un large succès contre Six-Fours, bonus offensif en prime (37-13). Il ne changera sûrement rien, dans l’immédiat, au destin des Arlésiens, condamnés à truster les dernières places de la poule 7 de Fédérale 3. Mais il confirme le regain de forme du promu. Après avoir accédé à la Fédérale 3 au sortir du premier confinement, Arles avait gagné son premier match en Fédérale 3 en septembre 2020, avant d’enchaîner trois défaites contre trois équipes confirmées : Cavaillon, Aubagne et Draguignan. Au début de cette saison, les cartes ont été rebattues. "Les deux arrêts des compétitions liés au Covid ont provoqué l’arrêt de beaucoup d’anciens, explique le manager, Jacques Mastrantuono. Nous étions prévenus que cela arriverait, mais il est toujours difficile de remplacer des mecs qui ont cent cinquante ou deux cents matchs dans les jambes."

Le vrai test arrive

Le club a donc lancé dans le bain, un peu plus tôt que prévu sa génération 2001, qui a disputé une finale régionale en juniors. Et les jeunes joueurs sont forcés d’apprendre à vitesse grand V. Forcément, le début de saison a été délicat, avec par exemple une victoire 61 à 27 de Draguignan à Arles. "Les joueurs ont mis du temps à comprendre qu’il fallait s’entraîner plus régulièrement, souffle David Meyssonnier, à la tête de l’équipe avec Maxime Favier depuis le départ de Richard Vacheron en novembre. Ils sont plus présents à l’entraînement. Nous pouvons mieux travailler."

Et le travail paie. Le 12 décembre, Arles décrochait sa première victoire, contre le Smuc, avant de récidiver donc dimanche dernier, avec la volonté de se projeter vers l’avant. Avec vingt-deux essais, Arles possède la cinquième meilleure attaque de la poule, au nombre d’essais. Il en a marqué neuf de plus que le Smuc, cinquième et seulement un de moins que le leader, Aubagne !

"Comme il n’y a pas de descentes, nous pouvons nous permettre de beaucoup jouer, d’attaquer, explique Jacques Mastrantuono. Ce sera plus compliqué l’an prochain… Mais la plupart de nos joueurs auront doublé leur nombre de matchs disputés en première."

Et Arles aura peut-être appris à serrer les dents et les rangs en défense. Contre Six-Fours, il y a eu du mieux dans ce secteur. Mais le vrai test aura lieu dimanche prochain, avec le voyage à Draguignan. "Cette équipe semble moins bien depuis le matxch aller, remarque David Meysonnier. Nous allons y aller pour essayer de les taquiner." Arles pourra difficilement faire pire qu’au match aller…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?