Aux trois-quarts rochelais de croquer !

  • Samedi dernier, dans le brouillard rochelais, les trois-quarts, dont Raymond Rhule, ont eu des éclairs de génie face à Bath. Photo I. S.
    Samedi dernier, dans le brouillard rochelais, les trois-quarts, dont Raymond Rhule, ont eu des éclairs de génie face à Bath. Photo I. S.
Publié le

Moins en vue que le surpuissant paquet d’avants depuis le début de saison, la ligne d’attaque maritime a bien l’intention de se mettre au niveau. Sa prestation contre Bath demande confirmation.

"Je suis assez certain que les trois-quarts et les avants vont jouer ensemble très bientôt." On ne sait pas si Ronan O’Gara lit dans le marc de café. Toujours est-il que, la semaine passée, deux jours avant la réception de Bath, le manager rochelais a eu le nez creux en se fiant à son intime conviction. Si ses arrières n’en sont pas encore à marcher sur l’eau comme le huit de devant, ils ont en tout cas donné l’impression de changer de braquet, en prenant largement leur part du gâteau lors d’une première heure de jeu à sens unique (39-0) face à la lanterne rouge de Premiership, samedi dernier. En témoignent, entre autres, les essais de Rhule, Leyds et Danty. Le tout premier, d’ailleurs, sous le maillot jaune et noir, du titi parisien.

" Ils sont contents d’avoir croqué", glissait après coup Rémi Picquette, auteur, lui, d’un doublé. Plus globalement, on retiendra que Sinzelle et compagnie ont gagné en force de frappe sous le froid glacial et la purée de pois de Deflandre. Des conditions hivernales pas franchement propices au jeu léché. "Si ce match va faire du bien à la confiance, derrière ? Oui, vraiment, acquiesce un Raymond Rhule loin de son meilleur niveau depuis le début de saison. Avant le match, on se disait que nos avants faisaient vraiment du bon travail. Le temps était venu pour les trois-quarts de faire le boulot aussi. Samedi, on l’a fait. Personnellement, ça faisait longtemps que je n’avais pas joué un bon match. Quant à Danty, il met l’équipe sur son dos pour avancer, et il le fait très bien." "Le mot d’ordre, déjà, à Castres, abonde son ouvreur Pierre Popelin, c’était de montrer, sans pour autant faire relâcher les gros, que la ligne de trois-quarts de la Rochelle est performante et joue au rugby."

« J’ai beaucoup de menaces »

Logique, que cette nouvelle marche. Après avoir retrouvé des fondations dignes de ce nom, devant, le club à la caravelle s’attaque à renouer le liant collectif qui faisait du Stade rochelais, au printemps 2021, une si efficace machine à gagner. "Ce qui est très intéressant pour moi comme coach, c’est que j’ai beaucoup de menaces dans mon équipe. J’ai beaucoup de choix, ne boude pas son plaisir Ronan O’Gara. Le but est de partager le boulot. Quand ça va vite, il faut donner le ballon aux trois-quarts. Ils doivent être meilleurs, semaine après semaine. Ce n’est pas le cas, en ce moment, cette saison mais il reste environ vingt matchs. Soit beaucoup d’opportunités. Leur attitude et leur volonté sont bonnes."

Nul doute que sur la pelouse écossaise du Scotstoun Stadium, la prestation de la ligne d’attaque maritime sera particulièrement scrutée de près par le technicien irlandais. D’autant qu’en prévision des très prochaines piges internationales de Danty, Dulin et – peut-ête – Favre, c’est tout le réservoir arrière qui doit prendre du galon.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Romain ASSELIN
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?