Bordeaux-Bègles veut sa revanche

  • Auteur d’un triplé la semaine derniète, le jeune Bielle-Biarrey sera alligné pour vaincre Leicester et se qualifier.
    Auteur d’un triplé la semaine derniète, le jeune Bielle-Biarrey sera alligné pour vaincre Leicester et se qualifier. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Battus à l’aller sur leur pelouse de chaban-delmas, les girondins ont depuis redressé la barre et se présentent à Welford road pour valider leur qualification… et se venger.

On vous passera tous les scénarios possibles de qualification, ainsi que tous les calculs alambiqués auquels notre très estimé collègue s’est plié pour vous les livrer tous, clés en main, dans le petit encadré bleu que vous trouverez à gauche de ce papier. En clair, vous comprendrez que l’UBB est tout proche de décrocher sa qualification. Pour s’en assurer, les hommes de Christophe Urios seraient bien inspirés de ne pas revenir des Midlands les mains vides. Un point de bonus défensif, ou bien sûr une victoire ferait leur bonheur.

Mais la qualification européenne n’a pas été cette semaine le seul levier de motivation des Girondins. Le premier et le plus évident, c’est bien sûr la revanche : "C’est un match important pour plein de raisons, mais la première c’est qu’ils nous ont déjà battus chez nous. Donc l’état d’esprit doit être différent par rapport à cela", pose le manager Christophe Urios. "La deuxième, c’est que ce match peut nous qualifier, il doit nous qualifier. Et ensuite, nous allons faire bouger les lignes de l’effectif. Il y aura donc des opportunités à prendre pour certains, et quand elles se présentent, il ne faut pas les rater."

Cette fois, il faut Gagner la bataille tactique

Les Bordelo-Béglais gardent en effet un souvenir amer de cette courte défaite concédée lors de la première journée à Chaban-Delmas (13-16). Au-delà du simple résultat qui menaçait déjà grandement la qualification girondine, la physionomie du match avait laissé beaucoup de frustration aux Girondins, notamment parce qu’ils avaient perdu la bataille tactique orchestrée par l’ouvreur anglais George Ford, qui avait bombardé l’UBB de coups de pied en tout genre : "Leicester est l’équipe qui joue le plus au pied en Europe, on le sait. Elle te met sous pression par son jeu au pied d’occupation, de pression ou d’attaque, notamment contre les ailiers. Ford avait utilisé toutes les formes de jeu au pied possibles, il avait tapé plus de 50 fois dans le ballon. Après, on sait qu’ils jouent davantage chez eux mais dans tous les cas, ce n’est pas une équipe qui s’expose. Cette équipe, elle ne te donne rien. Donc s’ils jouent beaucoup au pied, il faudra accepter cette forme de jeu, ce sera comme ça. Ce sera un bras de fer."

L’autre secteur qui avait péché à Chaban, c’est le réalisme : "Nous avons franchi à sept reprises, ce qui est beaucoup mais nous n’avons eu que 14 % d’efficacité. D’ordinaire, nous sommes autour de 60 %", explique Urios. Bien occuper, marquer tous les points possibles… deux ingrédients indispensables pour remporter une victoire à l’extérieur, qui plus est sur la pelouse d’un redoutable adversaire qui, cette saison, n’a encore jamais connu la défaite à Welford Road.

Le défi de Bielle-Biarrey

Vous l’aurez compris, le défi qui attend les Girondins est immense. Et notamment celui qui attend le triangle arrière de l’UBB qui, sauf absence de dernière minute, devrait être composé de Santiago Cordero et Nathanaël Hulleu aux ailes, et le (très) jeune Louis Bielle-Biarrey à l’arrière. Auteur d’un triplé la semaine dernière, ce dernier va découvrir un autre rugby dans les Midlands. Un rugby éminemment stratégique, où le placement, la communication et l’habileté technique du triangle arrière seront mis à rude épreuve par les bottes de George Ford et de Richard Wigglesworth.

Comme le disait le boss de l’UBB en préambule, plusieurs Girondins auront une opportunité : Alexandre Roumat devrait faire son retour en troisième ligne, Alban Roussel sera reconduit dans le couloir, Rémi Lamerat devrait faire son retour au centre de l’attaque, et François Trinh-Duc retrouvera les commandes du jeu girondin au poste d’ouvreur. Une belle occasion pour ces joueurs de montrer leur valeur, et de qualifier leur club.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Simon VALZER
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?