L’heure de la bascule pour Agen

  • Les Agenais de Loris Zarantonello vont mieux mais la bonne passe du moment reste fragile. Photo Morad Cherchari
    Les Agenais de Loris Zarantonello vont mieux mais la bonne passe du moment reste fragile. Photo Morad Cherchari
Publié le

Après trois matchs sans défaite, le SUA s’est remis la tête à l’endroit. Néanmoins, cette réception de Vannes doit permettre de prendre (enfin) des distances avec la zone de relégation.

Alors qu’il est à nouveau en ordre de marche, le SU Agen paye aujourd’hui sur le plan comptable son début de saison raté. En tout cas, si l’on prend les cinq dernières rencontres, il a retrouvé un rythme de qualifiable. Mais paradoxalement, il est bien loin d’être sauvé. En ce sens, la réception de Vannes est un vrai test voir un potentiel tournant. "Ça pourrait être mieux mais nous sommes sur la bonne voie", estime Sylvain Mirande. C’est vrai, à tous les niveaux, ce groupe progresse. Même si des secteurs restent défaillants. Notamment la défense grand côté. Les Bleu et Blanc ont en effet cette fâcheuse tendance à se faire déborder. Narbonne l’a d’ailleurs parfaitement identifié et exploité une semaine plus tôt. "Les adversaires ont ciblé ce problème, on le sait, confirme le coach des trois-quarts. Notre organisation n’est pas toujours respectée sur ce secteur mais nous essayons de mettre des choses en place cohérentes. Le matin, avec Christophe Deylaud, on arrive tôt et on discute, encore et encore, afin de progresser et de modifier ce qui ne va pas", poursuit-il.

Des joueurs contaminés

Dans son renouveau, le Sporting peut compter sur de jeunes joueurs prometteurs. Notamment devant, avec Loris Zarantonello qui revient à son meilleur niveau. "Bernard (Goutta, N.D.L.R.) m’a fait beaucoup de bien. En perdant Régis (Sonnes), on a un peu perdu notre chef. Nous étions dans le dur. Mais l’arrivée du nouveau coach nous donne un nouvel état d’esprit", confirme l’intéressé. Désormais, c’est un gros calibre qui débarque à Armande. "En début de saison, c’est nous qui les avions lancés (défaite 46-3)", constatent Mirande et Zarantonello. "C’est une équipe avec un style de jeu très britannique. Ils ont de l’expérience et ils sont dangereux quand ils mettent la marche avant", analyse le premier cité.

Reste que depuis un gros mois, des certitudes sont revenues dans le camp agenais. Et l’envie de s’éloigner d’une zone dangereuse aussi. Surtout, en 2022, le SUA veut mettre un point d’honneur à ne pas perdre à Armandie. Et Zarantonello de conclure : "Agen, c’est notre terre. Une terre de combat. À nous d’en faire quelque chose." Ce quelque chose, les partenaires de Vincent Farré seraient bien inspirés de le mettre en œuvre pour revenir à une longueur de l’adversaire du jour au classement. Et ainsi regarder un petit peu moins dans le rétroviseur à l’avenir.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Mathieu VICH
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?