Mont-de-Marsan : moins anodin qu’il n’y paraît

  • Le match face aux Narbonnais va permettre aux Montois de relancer la machine après leur défaite face à Nevers. Photo Stéphanie Biscaye
    Le match face aux Narbonnais va permettre aux Montois de relancer la machine après leur défaite face à Nevers. Photo Stéphanie Biscaye
Publié le

En recevant Narbonne, dernier au classement, le Stade Montois espère remettre les choses en bon ordre après une décevante prestation à Nevers.

D’aucuns ont déjà sonné l’hallali pour le Stade montois. Comment ? Le leader n’est plus capable de remporter tous ses matchs à domicile avec le bonus offensif ? Pire, il se fait corriger à Nevers ? Il n’en faut pas plus pour que raisonne le chant du cygne autour du stade Guy et André Boniface. Allons, allons, un peu de modération. Avec un + 25 au classement britannique, le Stade montois n’est pas encore moribond, tant s’en faut, et cette défaite à Nevers fait partie des choses qui arrivent, même aux meilleurs. On a beau caracoler en tête depuis le début de saison, on peut connaître un trou d’air, d’autant plus sur une pelouse pour le moins inhospitalière.

Stéphane Prosper, l’un des entraîneurs landais, ne discute d’ailleurs pas une seconde la victoire des Neversois : "Il n’y a rien à dire. Nevers avait bien préparé son affaire et nous avons été pris dans tous les secteurs, de sorte que c’est une défaite qui ne souffre d’aucune contestation." Le score en est d’ailleurs le reflet.

Non, ce qui dérange plus l’ancien ouvreur, c’est de n’avoir pas ressenti, pour la première fois de la saison, cette force collective démontrée par le Stade montois depuis le mois d’août, même lors des défaites à Oyonnax et Grenoble : "Jusque-là, notre esprit, notre solidarité, notre énergie nous donnaient des gages que rien de fâcheux ne pouvait nous arriver." Nevers a été l’exception qui confirme la règle. "Sur ce match, nous nous sommes mis hors cadre, incapables de trouver de la confiance sur des choses que nous maîtrisons plutôt bien depuis plusieurs mois : occupation, possession, défense, jeu au pied de pression. Ce n’est pas grave si nous sommes capables de rectifier le tir immédiatement. Cela peut même être une bonne piqûre de rappel : si tu ne respectes pas le rugby, le rugby ne te respecte pas et tu ramasses (sic)."

Remettre les choses en ordre

En conséquence de quoi ce match face à Narbonne vient à point nommé pour remettre l’église au centre du village. À condition bien sûr de prendre très au sérieux un adversaire en difficulté, certes, mais qui justement pour cette raison n’en sera que plus dangereux, ayant tout à gagner et rien à perdre de cette visite en terre landaise.

Une confrontation dont l’intérêt premier consistera à mesurer la capacité des Montois à relancer la machine. On l’a compris aux propos de Stéphane Prosper, le groupe va devoir remettre les choses en ordre : des bases solides, une défense agressive, des duels gagnés pour mettre l’adversaire sous pression et s’approprier la possession du ballon, synonyme de longues séquences dans lesquelles les Landais excellent. Pour cela quelques ajustements seront réalisés par le staff, avec le groupe à sa disposition, amputé de nombreux titulaires en première ligne. Une opportunité, selon l’ancien entraîneur castrais, de conforter de jeunes joueurs issus de la formation et de créer un peu plus d’émulation encore.

Voilà donc une rencontre moins anodine qu’il n’y paraît. Soit les Montois se sortent du piège audois sans encombre, soit ils trébuchent à domicile, et pour le coup, avec deux déplacements compliqués à suivre avant la réception du leader Oyonnax, la donne ne serait plus tout à fait la même. Les appelés du soir savent ce qui leur reste à faire.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pierre BAYLET
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?