Montpellier, le jour d’après

  • Après leur défaite historique 89 à 7, les Montpelliérains de Marco Tauleigne doivent se relever au plus vite en signant un match de qualité face à Exeter. Photo Icon Sport
    Après leur défaite historique 89 à 7, les Montpelliérains de Marco Tauleigne doivent se relever au plus vite en signant un match de qualité face à Exeter. Photo Icon Sport
Publié le

Corrigés la semaine dernière à Dublin, les Montpelliérains doivent relever la tête ce dimanche face à Exeter pour garder un espoir de qualification.

il n’est jamais aisé de se remettre d’une correction. Surtout si celle-ci est entrée dans les funestes annales du rugby français, avec une défaite 89-7 concédées sur la pelouse du Leinster. Certes, le MHR n’était pas au mieux de sa forme, ni n’y avait envoyé ses meilleurs guerriers. Mais il n’avait pas vraiment le choix, comme tenait à le rappeler en début de semaine le manager Philippe Saint-André : "Nous avions dix-huit cas de Covid, nous aurions même pu annuler le match car notre pilier droit Titi Lamositele était à moitié blessé… d’ailleurs il s’est re-blessé et sera indisponible pour ce week-end, comme deux autres joueurs (Marco Tauleigne et Mickaël Capelli, N.D.L.R.) ainsi que Masivesi Dakuwaqa qui a pris un carton rouge. Donc il y a le score, la défaite, mais aussi les blessés et le suspendu. Cela fait beaucoup. Sincèrement, on a tout fait pour jouer ce match mais cela ne nous a pas souri. Nous étions en slip… Et face à une équipe qui comptait dans ses rangs treize vainqueurs des All Blacks en novembre dernier…"

Le mal est fait. Inutile de revenir dessus. Mais maintenant, il va falloir vivre avec. Et s’en relever au plus vite. Chose que le staff s’est appliqué à faire en début de semaine : "Nous avons évacué cela par une vidéo de match ainsi qu’une discussion ouverte avec les joueurs. Maintenant, nous n’avons plus qu’une solution : travailler, et relever la tête en signant un match de qualité dimanche soir. Si l’on gagne dimanche, nous aurons de grandes chances de nous qualifier en huitième de finale de Champions Cup, donc nous allons tout donner, même si nous faisons encore très attention…"

L’ombre du covid plane encore

Si le staff héraultais reste prudent, c’est parce que l’on sait que nous ne sommes pas tous égaux devant la pandémie : certains n’ont quasiment pas de symptômes, d’autres sont malades… et tous ne reviennent pas de la même façon : "On se rend compte que la maladie peut fragiliser certains joueurs, qui ont tendance à se blesser plus vite ensuite. Nous prenons toutes les précautions nécessaires pour éviter cela", expliquait l’ex-sélectionneur du XV de France.

Covid ou pas, la réalité est la même : Montpellier est toujours engagé dans une compétition pour laquelle il garde des chances de qualification (lire ci-contre). Alors les Cistes se sont remis au travail : "Nous avons repris l’entraînement mardi, nous allons monter progressivement en rythme pour voir comment les organismes répondent." Le rythme justement, on se souvient que c’est ce qui avait manqué aux Héraultais lors du match aller (42-6), où ils avaient été dans le match pendant cinquante minutes avant de céder face aux assauts des Anglais d’Exeter. Des Chiefs qui ne semblent pas manquer de rythme puisqu’ils ont étrillé les Écossais de Glasgow le week-end dernier (52-17)…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Simon VALZER
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?