Vienne - Bédarrides-Châteauneuf-du-Pape : le choix de la fraicheur

  • Le duel entre le deuxième, Vienne, ici contre Beaune, et le troisième, Bédarrides-Châteauneuf-du-Pape, peut marquer un tournant dans la saison. Photo CS Vienne
    Le duel entre le deuxième, Vienne, ici contre Beaune, et le troisième, Bédarrides-Châteauneuf-du-Pape, peut marquer un tournant dans la saison. Photo CS Vienne
Publié le

À la faveur de la victoire assurée ce dernier week-end face à La Seyne-sur-Mer, pendant que Vienne devait se contenter d’un bonus défensif à Berre-L’Etang, Bédarrides-Châteauneuf-du-Pape est revenu à un petit point des Viennois. Autant dire que le duel qui ce samedi opposera en Isère le deuxième et le troisième de la poule pourrait déjà marquer un tournant dans la saison. Julien Veniat, l’entraîneur viennois, en convient : "Ce sera effectivement un match charnière. Une victoire ne nous apporterait pas l’assurance de terminer à la deuxième place de la poule, mais elle pourrait nous permettre de prendre une très sérieuse option sur l’obtention d’une place qualificative parmi les quatre premiers."

Dans ses projections l’entraîneur isérois use du conditionnel : "Nous évoluons dans une poule qui reste relativement homogène. Les équilibres sont fragiles et tout peut aller très vite. Aujourd’hui nous nous retrouvons à la lutte pour la deuxième place avec Bédarrides, mais on ne peut pas ignorer les performances de Mâcon, négliger celles de Rumilly qui revient très fort. Il y a aussi La Seyne qui s’accroche, le Stade Métropolitain. Il y a du monde sur les rangs."

Derrière le constat d’une lutte serrée s’en cache un autre plus centré sur les performances d’une équipe viennoise qui après avoir été accrochée lors de ses deux deniers matchs à domicile par La Seyne puis par Châteaurenard, sans pour autant être passée à côté d’une courte mais précieuse victoire, a finalement chuté à Berre-l’Etang. "C’est une défaite à l’extérieur, mais elle s’accompagne d’un bonus défensif décroché face à une belle équipe de Berre", relativise Julien Veniat en tirant un parallèle avec le précédent match livré face à Châteaurenard : "Nous étions dans le même cas de figure, face à une équipe déterminée à se relancer après un changement de staff, mais nous avons retrouvé contre Berre plus d’engagement, plus d’intensité, plus d’intentions que contre Châteaurenard. Même si nous avons pu manquer de réalisme, il y a eu une progression. Si le contenu s’est fait plus satisfaisant, il reste le résultat qui ne l’est pas. Face à Bédarrides il faudra se remettre à l’endroit."

Préparer le choc

Pour préparer ce choc, les Viennois ne mettront pas les petits plats dans les grands lors des entraînements. Au contraire : "Après la trêve de fin d’année la reprise prend la forme d’une suite exigeante de quatre matchs. Nous allons jouer samedi soir, à partir de là il nous est apparu important de privilégier la fraîcheur qu’elle soit physique ou mentale", révèle Julien Veniat qui a fait le choix d’alléger le programme de la semaine afin de privilégier la récupération dans la perspective d’un choc qui exigera de son équipe qu’elle soit à cent pour cent de ses moyens face à un rival direct.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Jean-Pierre DUNAND
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?