Usap : 7 jours qui peuvent tout changer

  • Usap : 7 jours qui peuvent tout changer
    Usap : 7 jours qui peuvent tout changer Icon Sport
Publié le

En une semaine, le promu est confronté à deux défis majeurs à domicile avec les venues de Lyon et Toulouse. Si chaque match peut être considéré comme un tournant dans leur saison, cette semaine a une importance particulière pour l'avenir des Sang et Or.

Avant chaque nouveau défi, le même discours résonne, peu ou prou, dans les coursives d’Aimé-Giral. “Des matchs face à des adversaires beaucoup plus forts sur le papier, il va nous en être proposé beaucoup, avait présenté Patrick Arlettaz en début de saison. Le but est simple : il nous faut les rendre moins bons et nous être à notre meilleur niveau. Nous avons des qualités à faire valoir, à condition d’être à 100 % dans l’engagement et de jouer crânement nos chances. Pour ne pas avoir de regrets.” Avec la plus petite masse salariale du Top 14 à sa disposition, les propos du manager catalan se justifient. Ils se vérifient aussi dans la réalité où, avec une débauche d’énergie épatante, l’Usap a jusqu’à présent su rivaliser avec tous les candidats au top 6 venus dans son stade : les victoires arrachées face à Toulon (12-9), La Rochelle (22-13) et Clermont (26-24) et même les revers in extremis contre le Stade français (22-23) et Castres (19-20) sont autant de preuves de la capacité des Sang et Or à exister dans l’élite.

La quinzaine à venir va poser à l’Usap un double challenge ô combien crucial : le Lou, samedi, puis le Stade toulousain, dans une semaine, vont débarquer en Catalogne. Deux forces majeures du championnat. Les Lyonnais possèdent la meilleure attaque du Top 14 avec quarante-deux essais, restent sur sept victoires en huit rencontres et possèdent quelques-uns des porteurs de balle les plus efficaces de l’Hexagone, Tuisova, Niniashvili, Taufua et on en passe. Les Toulousains, portés par deux mois de frustration en tous genres, chercheront ensuite à se relancer et à retrouver le niveau d’un double tenant du titre. Rien de moins.

Les signaux d'Aguilera

Dans les deux cas, ces prétendants à la qualification se déplaceront sans la majeure partie de leurs internationaux. Le Lou compte même quinze forfaits, pour des raisons diverses. Si ces absences se posent en circonstances favorables côté perpignanais, la double mission à venir n’en reste pas moins relevée. Mais le maintien, dont le gain se jouera au-delà de la barre des trente unités, passera par ce genre d’exploit. Après avoir réussi la performance notable de terrasser Biarritz à Aguilera, les Catalans se voient offrir l’opportunité de s’éloigner un peu plus de la zone fatale. Au Pays basque, si la partie n’a pas atteint des sommets tactico-techniques, ils ont envoyé des signaux forts, dans le sillage de leurs solides cadres (Lemalu, Tedder, Lotrian…) : en conquête, avec une mêlée dominatrice comme rarement, au niveau de la cohésion collective, dans la gestion des temps faibles et le réalisme près des lignes.

Sans Melvyn Jaminet – comme face à La Rochelle – ni Alivereti Duguivalu, le promu devra conserver tout ça et sûrement ajouter de la discipline et de la maîtrise pour venir à bout du Lou. À l’heure où Brive et Biarritz, ses deux principaux concurrents directs, s’écharperont sur la pelouse du Stadium, ce serait un sacré pas en avant vers ce que tout le peuple catalan espère le plus au monde...

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?