Mont-de-Marsan : l’autre Léo

  • Leo BANOS (Mont-de-Marsan).
    Leo BANOS (Mont-de-Marsan). Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Le monde du rugby français connaît maintenant Léo Coly, demi de mêlée du Stade Montois. Mais au stade montois, un Léo peut en cacher un autre.

Léo Banos, originaire du petit village de Commensacq dans le département des Landes, arrivé au Stade montois en 2016, est lui aussi en train de crever l’écran. À 19 ans à peine, le troisième ligne aile enchaîne depuis le mois d’août dernier les performances étincelantes, faisant ainsi une entrée fracassante dans le monde professionnel. Son entraîneur Julien Tastet, qui l’a drivé depuis ses années de cadet, le connaît bien : "C’est d’abord un garçon qui a un super état d’esprit. Si je lui dis demain qu’il redescend avec les espoirs, il va être fou de joie à l’idée de jouer avec ses copains de toujours. Il évolue aussi dans un contexte familial où on saurait rapidement lui rappeler certains principes si par mégarde il venait à s’enflammer. Mais ce n’est pas le style." Voilà pour le (jeune) homme dont le portrait colle bien à l‘esprit famille du club jaune et noir.

Tout pour réussir

Mais qu’en est-il du joueur ? Pour le savoir, il suffit de le suivre sur le terrain. C’est assez rare de voir un joueur de son âge, surtout à ce poste, cocher quasiment toutes les cases du haut niveau : vitesse, appuis, timing, intensité, aisance gestuelle, endurance, lecture des situations, il a déjà tous les articles nécessaires en magasin.

Son mentor n’est pas vraiment surpris : "L’an dernier, dans un contexte difficile, nous avons hésité à le lancer vraiment, et cette année nous étions partis dans l’idée de gérer ses apparitions pour le préserver. Mais il est tellement présent et constant sur la durée d’une rencontre qu’on ne s’est pas longtemps posé la question. Son activité, sa capacité à élever son niveau dès que la situation l’exige, son aisance technique ont mis tout le monde d’accord." Au point que Julien Tastet commence déjà à lui confier le capitanat de touche, domaine où il excelle aussi.

Après dix-huit journées, Léo Banos a disputé quatorze matchs dont treize comme titulaire. Autant dire qu’il est déjà devenu une pièce maîtresse du jeu montois. Alors, si les petits cochons ne le mangent pas, on devrait bientôt le retrouver très haut.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pierre BAYLET
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?