Tournoi des 6 Nations : la France est-elle vraiment favorite ?

  • La France est-elle  vraiment favorite ? La France est-elle  vraiment favorite ?
    La France est-elle vraiment favorite ?
  • La France est-elle  vraiment favorite ?
    La France est-elle vraiment favorite ?
Publié le

Aux yeux de tous ses adversaires, le XV de France semble le mieux armé pour remporter le Tournoi des 6 Nations qui s’ouvre dans huit jours. Surtout depuis sa démonstration automnale face aux All Blacks. Même si Fabien Galthié défend, chiffres à l’appui, que l’équation n’est pas si simple...

La question a volontairement été posée à Fabien dans l’entretien qu’il nous a accordé la semaine dernière : "Le XV de France est-il favori de ce Tournoi ?" Après tout, chacun de ses adversaires le clame haut et fort, quand même les sudistes répètent à l’envi que les Bleus font peur à la terre entière depuis leur démonstration face à la Nouvelle-Zélande fin novembre. Mais n’allez pas croire que le sélectionneur va accepter d’enfiler ce piégeux costume sans se défendre. Voici donc la tonalité de sa réponse, dans ces colonnes : "Alors là… Les Irlandais sont invaincus depuis la défaite contre nous (deuxième journée du Tournoi 2021, N.D.L.R.), ont gagné tous leurs matchs de novembre, dont celui face aux All Blacks. Les Anglais sont invaincus aussi en novembre, en ayant vaincu toutes les nations du sud. Les écossais, les Gallois… Je pense que, hormis l’Italie, toutes les équipes peuvent envisager de gagner le Tournoi."

Plus tôt au cours de la même interview, le technicien avait également pris soin de souligner que, si la France pointait actuellement à la cinquième place du classement World Rugby, c’est en partie parce qu’elle avait subi quatre défaites en 2021, quand l’Irlande et l’Angleterre n’en comptaient que deux. Une manière de reporter la pression sur les deux autres principaux cadors sur la ligne de départ ? Voilà qui y ressemble. L’ancien international Imanol Harinordoquy rappelait ces derniers jours dans l’émission Arrêt Buffet, sur Rugbyrama.fr, que le XV de France n’a jamais été fort que lorsqu’il aborde une compétition en l’outsider. Pour mieux expliquer qu’il n’aime culturellement pas se poser en chouchou des "bookmakers."

Le talent, les ressources, le calendrier…

ça, c’est pour les faits et il faut reconnaître à Fabien Galthié qu’il n’a pas totalement tort lorsqu’il s’arrête sur les bilans chiffrés. Mais, derrière les statistiques, il y a les analyses, les impressions et il y a le talent surtout. Comment banaliser celui immense de cette équipe de France ? Comme se plaît à le détailler Vern Cotter ci-contre, peu de sélections sont capables aujourd’hui de défier les All Blacks les yeux dans les yeux et de les assommer par une relance partie de l’en-but à l’heure de jeu, au moment où la meilleure nation du monde semble avoir la mainmise sur la rencontre. Les hommes de Galthié l’ont fait. Et au-delà, ils ont montré depuis un an et demi qu’en plus d’une génération exceptionnelle avec des joyaux tels Dupont, Ntamack, Jalibert, Penaud, Jaminet, Alldritt ou Baille, ils possédaient des ressources incroyables en doublant, triplant, voire quadruplant les postes sans que les performances ne s’en ressentent. Ou alors, à la marge. En temps de crise sanitaire, quand n’importe quelle formation peut se voir priver d’une partie de son armada à la grâce d’une série de tests positifs à quelques jours du match, avouez que cela est un luxe appréciable.

Ajoutez que le programme, avec justement les réceptions de l’Irlande et de l’Angleterre au Stade de France (dans une enceinte pleine comme un œuf, les jauges étant levées d’ici là) et vous comprendrez combien il est délicat aujourd’hui d’affirmer que la troupe menée par Antoine Dupont ne se présente pas avec une (petite) longueur d’avance sur le papier. Mais lorsqu’il s’agit de brandir ce dernier argument, Galthié rétorque encore : "Je ne crois pas au calendrier. Cinq nations peuvent remporter ce Tournoi des 6 Nations, d’où la beauté de cette compétition." Elle serait quand même d’autant plus belle si les Bleus mettaient fin à douze années de disette dans quelques semaines.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?