À Castres, des scories et des hommes

  • Simon Meka a été un des seuls Castrais a se montrer à son avantage face à Bordeaux-Bègles.
    Simon Meka a été un des seuls Castrais a se montrer à son avantage face à Bordeaux-Bègles. Icon Sport
Publié le

Dominés en touche, imprécis et indisciplinés, les Tarnais ont été trop timorés pour espérer faire déjouer la machine bordelaise. 

D’abord, rendre à César ce qui lui appartient. Les joueurs de l’UBB ont livré un très bon match de rugby samedi après-midi et notamment une grande première mi-temps, où ils n’ont laissé que peu d’espoirs aux Tarnais tant tout ce qu’ils entreprenaient semblait propre et maîtrisé.

Une fois ce constat de supériorité dressé, force est aussi de constater que les Castrais ont donné le bâton pour se faire battre à cette talentueuse UBB qui n’en demandait pas tant. Les hommes de Pierre-Henry Broncan, qui restaient sur une série très positive de quatre victoires consécutives en Top 14 se sont heurtés de plein fouet à la théorie du jour sans. Car rien, ou presque, n’a marché pour les Tarnais sur la pelouse de Chaban-Delmas.

On a vu tour à tour les flèches Filipo Nakosi et Vilimoni Botitu empruntés comme jamais. Eux qui sont d’ordinaire si habiles pour faire vivre le ballon ont multiplié les en-avant et les mauvais choix. Idem pour certains ballons joués au pied, pas toujours opportuns, avec des touches non trouvées, des ogives envoyées en ballon mort ou des munitions trop neutres rendues aux attaquants bordelais qui n’en demandaient pas tant.

 

Une touche qui souffre

Le secteur de la discipline, que les Tarnais ont nettement amélioré cette saison depuis qu’ils travaillent avec l’arbitre Cédric Clavé a aussi vu sa progression connaître un coup d’arrêt majuscule lors de cette rencontre. En effet, les protégés de Pierre-Henry Broncan ont été pénalisés à quatorze reprises et ont écopé de deux cartons jaunes. À titre de comparaison, l’UBB, elle, a été sifflée seulement huit fois. Un tel différentiel ne permet pas de remporter un match de Top 14 face à une équipe telle que cette Union Bordeaux-Bègles qui est plus que jamais installée sur le fauteuil du leader. Les internationaux Gaëtan Barlot et Paula Ngauamo, qui se sont relayés au poste de talonneur samedi après-midi, ont tous les deux souffert face à l’alignement mené par Roumat fils.

Sur les dix-huit lancers qu’ils ont eus à jouer, les Tarnais en ont perdu sept. Là encore, c’est beaucoup trop pour exister, surtout lorsque l’on sait que l’adversaire a su faire une moisson complète (12 sur 12). Le deuxième ligne Loïc Jacquet, toujours lucide, ne se trompait pas au moment de l’analyse de cette contre-performance tarnaise : « Leur contre en touche a été très performant. Ils ont su nous mettre la pression et nous, on a bafouillé nos lancers. Cela s’est un peu amélioré en deuxième période, sans toutefois atteindre le niveau de propreté exigé pour lancer correctement le jeu derrière nos touches. » 

Pierre-Henry Broncan, le manager tarnais, corrobore : « Notre contre-performance en touche est le résultat d’une multitude de facteurs négatifs. Leur contre, nos annonces, nos lancers, nos lifteurs… Voilà, la touche est un secteur dans lequel nous devons encore progresser et eux disposent d’un des meilleurs alignements du championnat. En plus, nous n’avions pas sur le terrain Tyler Ardron, notre habituel leader de touche…»

Les Castrais pourront se consoler en se disant que leur deuxième période fut quand même de bien meilleure facture que la première. Loïc Jacquet, encore : « Le seul point positif, finalement, c’est que nous avons gagné la deuxième mi-temps. On aura intérêt à montrer un tout autre visage la semaine prochaine à Toulon, sinon…»

Après avoir encaissé un cinglant 41 à 0 contre le Stade toulousain et ce 23 à 10 face à l’UBB, Castres est toujours en quête d’un match référence contre un cador à l’extérieur. Occasion sera offerte au CO d’en trouver un à Toulon.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
David BOURNIQUEL
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?