L'enseignement du week-end : on n’arrête plus l’UBB et Montpellier !

  • François Trinh-Duc, Thomas Jolmès et Jefferson Poirot trônent sur le Top 14.
    François Trinh-Duc, Thomas Jolmès et Jefferson Poirot trônent sur le Top 14. Photo Justine Hamon
Publié le

En tête du Top 14, l’Union Bordeaux-Bègles et le MHR enchaînent respectivement un cinquième et septième succès consécutif.

Rien n’y fait. Ni l’adversité, le stade, la météo et certainement pas l’adversaire. Pas plus que les absences nombreuses que pouvaient déplorer Christophe Urios et son staff, ce samedi, pour la réception de Castres et plus particulièrement dans les lignes arrière. Matthieu Jalibert, Maxime Lucu, Yoram Moefana, Romain Buros, Nans Ducuing et Ben Lam manquaient à l’appel. Rien que ça. Pourtant, l’UBB semble toujours impossible à arrêter.

Factuellement, elle a enregistré ce week-end sa douzième victoire en quinze rencontres de Top 14 (deux défaites seulement). Rien que cela suffit à bien positionner l’hégémonie qu’imposent tout doucement les Girondins sur notre championnat d’élite. Laquelle se concrétise par une autre ligne statistique : dix points d’avance sur le deuxième, Montpellier, qui malgré son rythme d’enfer n’arrive pas à suivre la cadence ; et vingt points d’avance sur Clermont, septième et premier club non-qualifié. Aux deux tiers du championnat bientôt consommés, Bordeaux-Bègles a déjà un pied en phase finale. Fort. Et une dynamique qui va désormais se frotter à une grosse étape de montagne : à Clermont, face au Racing et à Toulouse pour ce qui est des prochaines journées de championnat, en plus du match en retard à disputer sur la pelouse du RCT. Du lourd. Si l’UBB en sort encore renforcée, elle aura alors mis le deuxième pied en phases finales. Et s’avancera, déjà, comme un favori au Bouclier de Brennus.

Le MHR en pleine bourre

Derrière, la liste des prétendants est nettement plus dense. Ils sont sept encore en course, peut-être huit après la belle victoire de la Section paloise sur Clermont ce dimanche et qui maintient à l’esprit des Béarnais la part de rêve. Mais l’autre sensation se nomme clairement Montpellier. Également diminués par des absences, les Héraultais ont signé la performance du week-end en s’imposant à Marcel-Deflandre. Une pelouse qui n’était plus tombée depuis trente mois qu’entre les mains du Stade toulousain.

Toujours aussi denses dans le combat, c’est un fonds de commerce chez eux, les Montpelliérains ont clairement rééquilibré leur projet de jeu vers un rugby plus complet. De nouvelles cordes à leur arc et un esprit de pragmatisme qui leur ont permis d’inscrire quatre essais aux Maritimes et d’enchaîner, du coup, une septième victoire de rang en Top 14. Et un calendrier plutôt accessible qui se profile (Pau, Brive et Paris). Qu’on se le dise : cette année, il faudra compter avec Montpellier.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?