Pro D2 - L'enseignement du week-end : Rouen, sentiments mêlés

  • L’explosion de joie des Rouennais au coup de sifflet final, après leur victoire (14-15) sur la pelouse de Stade des Alpes. Photo Jacques Robert
    L’explosion de joie des Rouennais au coup de sifflet final, après leur victoire (14-15) sur la pelouse de Stade des Alpes. Photo Jacques Robert Jacques Robert
Publié le

La semaine aura encore été si particulière pour le RNR, qui a accompagné Jordan Michallet pour son dernier voyage et qui est sorti de la zone de relégation.

Ce sont des moments si durs, si spéciaux, que les Lions de Normandie vivent depuis le 18 janvier que mettre des mots sur les émotions vécues apparaît parfois difficile, tant chacun vit son deuil à sa manière. Mais une chose est sûre, le RNR est habité par une détermination depuis le drame, aller chercher ce maintien en Pro D2 pour Jordan Michallet. Et si jouer face à Carcassonne le week-end dernier était un choix du groupe, se retrouver sur le terrain, si près, si proche, était finalement trop lourd à porter. « La semaine dernière a été dure pour toute l’équipe, avec un match compliqué et une branlée (défaite 3-24, N.D.L.R.), reconnaît Jean-Étienne Lesueur. L’inconscient a parlé, les larmes ont coulé, et cette fois on a retrouvé des sourires à la fin de la partie quand le drop de Corentin Glénat a été contré par Nadir Megdoud pour sécuriser une victoire (14-15) à Grenoble, la deuxième à l’extérieur cette saison après celle à Aix-en-Provence en septembre dernier. Elle fait sortir le RNR de la zone de relégation et la photo de joie dans le vestiaire avait une tout autre saveur. Il y a eu beaucoup d’émotion à la fin », poursuit le talonneur d’une formation arrivée dans l’Isère dès mardi pour les obsèques à Voiron, la terre natale. On a passé toute la semaine ici. On a bien bossé et on avait vraiment à cœur de faire un gros match. » Le tout sous les yeux de nombreuses personnes venues participer à cet hommage du Stade des Alpes qui a respecté une minute d’applaudissements avant la partie tandis que dans les tribunes, on retrouvait des représentants des clubs dans lesquels Jordan Michallet a évolué, ainsi que des membres de la génération 93 avec laquelle il a été Champion de France Reichel en 2013 sous les couleurs grenobloises.

Le poids du numéro 10 pour Peter Lydon


Et quand on sait que certains de ses coéquipiers ont eu cette envie de le porter pour son dernier voyage quelques heures plus tôt, difficile d’imaginer qu’il a également fallu penser au rugby dans tout ça. Pour autant, il fallait bien préparer une rencontre capitale pour le maintien, surtout après sept défaites consécutives. Car avant cette victoire à Grenoble, il fallait remonter au 19 novembre et la réception d’Agen pour trouver trace d’un succès. « On fait une bonne opération. On prend 4 points et c’est ce que l’on était venu chercher. On met fin à cette série de défaites qui commençait à nous faire mal à la tête. On n’oubliera jamais ce qu’il s’est passé mais on s’est remis en ordre de marche. La Pro D2 ne va pas nous attendre. On a passé des sales moments ces derniers temps, des moments de tristesse, et ce que l’on fait ce soir, c’est vraiment beau », confie Jean-Étienne Lesueur.
Sachant que ces derniers jours, un autre homme a dû gérer une pression et une émotion particulière, c’est Peter Lydon. Dans sa bulle, l’Irlandais est amené à prendre le relais à l’ouverture et dans un rôle de buteur, un poids tout aussi lourd que le simple fait de devoir revêtir une tunique à nouveau floquée du « 1 » et du « 0 ». Et l’on a senti le joueur pas toujours à l’aise dans ses jeux au pied, mais capable de passer cette pénalité décisive des 50 mètres peu après l’heure de jeu, faisant justement repasser les Rouennais devant au tableau d’affichage. Son soulagement au coup de sifflet final était évident alors que cette capacité à relever la tête sous la pression, sous le poids des émotions, peut constituer une véritable force pour la suite. Le RNR tient en tout cas un match référence.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Julien PLAZANET
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?