6 Nations - Juan Ignacio Brex, l'Italien d’adoption

  • Juan Ignacio Brex cumule huit sélections avec l'Italie, toutes acquises lors des douze derniers mois.
    Juan Ignacio Brex cumule huit sélections avec l'Italie, toutes acquises lors des douze derniers mois. Icon Sport
Publié le

Le trois-quarts centre du Benetton Trévise, Juan Ignacio Brex, est devenu en un an un élément essentiel de la Nazionale. Focus sur l’ascension de l’Argentin.

De ce très jeune groupe italien, dont le capitaine Lamaro n’a que 23 printemps, Juan Ignacio Brex est naturellement un cadre. Et il en sourit, puisqu’il cumule seulement huit sélections, toutes acquises dans les douze derniers mois entre le Tournoi 2021 et la tournée d’automne. « Aujourd’hui, à 29 ans, je suis l’un des joueurs les plus âgés du groupe. Évidemment, l’équipe est très jeune et manque encore d’expérience. » 

De là à échauder les ardeurs des Latins ? Pas vraiment, puisque celui-là même assure : « Bien sûr, les Français sont favoris. C’est l’équipe avec la meilleure forme du moment, et ce même dans le monde. Mais nous n’y allons pas pour une promenade touristique, nous y allons pour gagner ! »

Il faut dire que les derniers mois du natif de Buenos Aires furent remplis de promesses. Une fois son éligibilité à la Nazionale validée par World Rugby fin 2020, il voit récompenser ses très bonnes performances à Trévise par une première convocation avec l’Italie. Il est donc sélectionné pour le Tournoi 2021, malgré des sélections chez les équipes argentines jeunes, et dispute tous les matchs en tant que titulaire. Dans la foulée, il est l’un des grands acteurs de l’épopée du Benetton en Rainbow Cup, remportée contre les Bulls.

Il enchaîne cet automne en jouant l’intégralité des trois tests-matchs. Desquels il tire une expérience mitigée : « Même si nous avons pris des points lors des deux premiers tests (9-47 contre la Nouvelle-Zélande, 19-37 contre l’Argentine, N.D.L.R.), la défense est restée en place. En revanche nous voulons aussi être une équipe dangereuse en attaque. » D’où le « changement de système » opéré par le groupe italien avec le nouveau sélectionneur Kieran Crowley. Ainsi, voir Brex, excellent défenseur et friand de face-à-face dans ce XV azzurro plus jeune et plus offensif, montre toute son importance. 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Quentin Put
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?