6 Nations - Pour ces Anglais, on demande à voir

  • Owen Farrell aux abonnés absent, c’est à Marcus Smith, champion d’Angleterre avec son club des Harlequins la saison dernière, que va revenir la conduite du jeu anglais en Écosse.
    Owen Farrell aux abonnés absent, c’est à Marcus Smith, champion d’Angleterre avec son club des Harlequins la saison dernière, que va revenir la conduite du jeu anglais en Écosse. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Pour la première fois depuis dix ans, l’Angleterre se présente à Murrayfield sans Owen Farrell et sans les frères Vunipola.

C’est une Angleterre ripolinée qui va entrer dans le supposé traquenard de Murrayfield. Elle va retrouver l’Écosse qui, à la surprise générale, l’avait battue à Twickenham en 2021 pour des retrouvailles qui promettent d’être abrasives. Mais cette année, l’Angleterre devra se passer de son maître à jouer Owen Farrell. Le demi d’ouverture des Saracens a rechuté de sa blessure à une cheville et il a dû se faire opérer. C’est un coup dur pour Eddie Jones car le blondinet au regard d’acier tient la baraque depuis 2012.

Il n’a que 30 ans, on aura sans doute l’occasion de le revoir, mais son absence risque de peser c’est certain, même si c’est vrai, les douleurs à sa cheville ont coïncidé avec l’avènement de Marcus Smith, le prodige des Harlequins, qui a colonisé tout l’espace médiatique depuis novembre (seul Dupont en France a vécu la même chose).

C’est vrai, Farrell était déjà blessé lors du magnifique Angleterre - Afrique du Sud et l’entrée fracassante de Smith dans la stratosphère, mais le Tournoi sera un autre contexte. Et pour enfoncer le clou, Courtney Lawes, nommé capitaine, a du mal à se remettre d’une commotion. Une bonne tuile des familles.

Itoje attendu au tournant

On a parlé d’une Angleterre ripolinée parce que Eddie Jones a fait un choix fort en se passant des frères Vunipola. Les deux colosses des Saracens étaient eux aussi de toutes les sorties de la sélection depuis 2012, hors blessures. On avait fini par les croire éternels tant leur rugby de puissance pure leur donnait de garanties sur la concurrence. Mais Eddie Jones a surmonté son conservatisme naturel.

Pour faire mieux qu’en 2021, triste millésime, le sélectionneur australien devra compter sur quelques joueurs qui seront priés de montrer ce qu’ils savent faire, soit en tant que "jeunes anciens", soit en tant que revenants ou débutants.

Joe Marler va faire son retour comme pilier gauche, il avait manqué l’édition 2021, il est vu comme un gros spécialiste de la mêlée et un gars qui sait recourir au vice (y compris avec sa langue bien pendue). Maro Itoje sera aussi attendu, fait impensable, sa production 2021 fut jugée en baisse, la conquête, les étayages sur les regroupements ont faibli. On l’attend sur son point fort, ses interventions sur les mauls adverses avec ses fameux « tentacules ».

Même sentiment pour Tom Curry, avant de devoir par excellence qui vit le premier « plateau » d’une carrière toute en montée jusque-là. Henry Slade, centre ouvreur d’Exeter se verra offrir l’occasion de jouer les guides pour Marcus Smith et de prendre du galon en tant que cadre de l’équipe. Après 41 sélections en six ans, c’est le moment.

Eddie Jones attendra aussi confirmation des derniers talents émergents. L’arrière de Leicester Freddie Steward par exemple, excellent à l’automne et surtout l’autre phénomène, Alex Dombrandt. Le numéro 8 des Harlequins a un peu vécu la même chose que Marcus Smith. Eddie Jones a eu du mal à lui faire confiance alors qu’il multipliait les exploits avec son club.

Mais malgré tout son entêtement, Eddie Jones a dû s’incliner, avec le sourire. Encore que… Il est en balance avec un autre numéro 8 oublié, Sam Simmonds, chasseur d’essais d’Exeter. Eddie Jones l’a snobé lui aussi pendant deux ans, avant de se raviser et d’organiser un petit duel entre anciens délaissés.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jérôme PREVOT
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?