La Couronne en reconstruction

  • Les jeunes Couronnais ont impressionné leur monde à Saintes, cador de la poule. Photo COC
    Les jeunes Couronnais ont impressionné leur monde à Saintes, cador de la poule. Photo COC
Publié le

Honneur - La Couronne Collé en fond de classement et touché par ses mauvais résultats sportifs, La Couronne peut néanmoins compter sur une jeunesse qui a fait trembler le cador saintais.

"Ce n’est pas l’euphorie", résume sobrement Jean-Pierre Chiarabini. Le président du club de La Couronne sait bien que son club ne montera pas, ni même ne luttera pour les places d’honneur. La motivation est un peu retombée cet hiver avec l’accumulation des défaites. "Il manque de leaders", déplore-t-on. Mais la semaine passée, contre toute attente, une équipe couronnaise très jeune, dépourvue de nombreux cadres, s’est rendue à Saintes, l’un des cadors de la poule 1 du championnat d’Honneur, sans aucun complexe. "Il y a une vraie rébellion de certains joueurs. Finir à 20-11 à Saintes, ce n’est pas rien, assure l’entraîneur Tristan Cadillon. On a eu une percée de 80 mètres qui nous remet dans le match. C’est encourageant. Je me dis que tout n’est pas fini."

"Il faut savoir former pour performer"

Dans une poule girondine très relevée, le Club Omnisports Couronnais n’a en effet pas rivalisé. Et il y a peu de chances que "la dynamique négative installée" qu’évoque le technicien s’inverse. En cause, des scénarios de matchs cruels en début de saison, des blessures bénignes qui se sont aggravées mais aussi "la difficulté de réattirer du monde après le covid". Mais a priori préservée d’une relégation en raison de la refonte des divisions, l’équipe charentaise a au contraire l’opportunité de jouer libéré, c’est ce qu’incite le dirigeant : "Je préfère donner l’image d’une équipe qui a envie de jouer. Il faut se rassembler parce que ce sont les vertus du rugby que de faire face et se battre." Une des promesses de La Couronne, c’est sans aucun doute sa jeunesse. Porté par des trois-quarts qui ont entre 21 et 22 ans, le COC a rivalisé avec Saintes et prouvé tout le potentiel de ce groupe. Le staff saluait d’ailleurs la belle surprise Alban Gibily, moins de 19 ans entré en cours de jeu et auteur d’une solide partie. "C’est de bon augure !", se réjouit le président. "C’est encourageant pour l’avenir", ajoute son coach. Le défi sera désormais de "pérenniser les jeunes", comme l’entend ce dernier : "De toute façon, c’est sur la formation qu’il faut miser maintenant. La partie de joueurs plus âgée devrait vivre sa dernière ou avant-dernière saison avec nous. Il faut savoir former pour performer." Pour cela, l’enthousiasme sera de rigueur pour vivre une saison la tête haute, parce que "ce n’est qu’un sport", rappelle Tristan Cadillon, qui précise : "Que l’on propose du jeu, que l’on rigole, il faut dédramatiser notre situation et retrouver du plaisir à vivre et jouer ensemble."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?