La première ligne briviste au défi

  • Pietro CECCARELLI (Brive).
    Pietro CECCARELLI (Brive). Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Brive Pour le déplacement au Racing, le staff corrézien va pouvoir compter sur son pilier italien Pietro Ceccarelli, qui a récupéré du Covid et resté en Corrèze. Un renfort important en conquête.

On avait laissé la mêlée briviste dominée par la puissance de la première ligne bordelaise début janvier. On l’a retrouvée, trois semaines plus tard, bien plus conquérante contre Biarritz, malgré le carton rouge d’un deuxième ligne pousseur (Lucas Paulos). L’entraîneur de la mêlée corrézienne, Goderdzi Shvelidze, analyse l’évolution au cours du mois de janvier. "Nous avions une première ligne assez jeune contre l’UBB. Nous sommes dans notre progression avec des jeunes formés au club (Simon-Pierre Chauvac ou Wesley Tapueluelu, N.D.L.R.). On grandit petit à petit. Contre Biarritz, avec quelques retours, nous avons été plus propres en mêlée fermée. Mais c’est surtout l’ensemble du collectif qui a progressé, c’est global."

Après une belle prestation contre le BO, la mêlée briviste va désormais subir un nouveau test sur la pelouse synthétique de l’Arena. Il faut dire que la première ligne francilienne reste sur un match plus qu’aboutie où elle a mis au supplice celle du Stade toulousain pourtant portée par ses internationaux Cyril Baille et Charlie Faumuina. "Contre le Racing, ce sera un bon combat, reconnaît le Géorgien. Il faudra s’adapter à la surface, car sur synthétique l’accroche des crampons n’est pas la même. Nous sommes en confiance et si on respecte le travail fait cette semaine ça peut le faire."

Ceccarelli, un Romain en reconquête

Les Brivistes pourront eux de leur côté compter sur leur international italien Pietro Ceccarelli (29 ans, 23 sélections). Le solide droitier, en accord entre le staff du CAB et celui de la Squadra Azzura, est finalement resté en Corrèze. Lui qui avait manqué aux Brivistes lors du Tournoi 2021 sans pour autant jouer la moindre minute. Un renfort et non des moindres en l’absence des internationaux géorgiens et notamment de Luka Japaridze, la révélation au poste cette année. "Pietro a eu le Covid, il revient. Il fait partie de nos piliers droits les plus expérimentés avec Soso (Bekoshvili). Ça nous donne plus de chances d’être bons en mêlée", conclut Goderdzi Shvelidze.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?