Auriac : « Une soirée dont je me souviendrai »

  • Max Auriac fut très en vue face aux Italiens.
    Max Auriac fut très en vue face aux Italiens. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Adroit face aux poteaux, Max Auriac (Arrière des Bleuets) a réalisé un match plein face aux Italiens. Le Toulousain a vécu une magnifique soirée.

N’est-ce pas l’entrée en matière rêvée pour l’équipe de France des moins de 20 ans ?

Effectivement, on avait à cœur de parfaitement commencer le Tournoi, c’est chose faite ! Cela faisait deux semaines qu’on s’entraînait mais le vrai test c’était face à ces Italiens et on l’a passé avec brio. C’est parfait, d’autant plus qu’on a montré de la confiance dans notre jeu.

Justement, malgré des conditions météos défavorables, vous avez réussi à envoyer du jeu…

Il avait beaucoup plu avant le match donc on savait que le ballon allait être glissant, et il l’a été. Mais on a bien utilisé le pied, on a mis notre jeu en place et on a ensuite pu dérouler. Il n’y a que du positif à retenir.

était-ce une consigne du staff de déplacer le ballon ?

On avait un plan de jeu, on l’a bien respecté. Avant le match, les coachs nous ont surtout parlé de plaisir. Jouer les coups quand on les sent mais ne pas trop s’enflammer non plus.

Vous êtes au premier plan du magnifique troisième essai français, pouvez-vous nous raconter cette action ?

Il me semble que l’on récupère le ballon sur une touche italienne. J’espère que Victor (Montgaillard) va rapidement écarter, c’est ce qu’il fait. Ensuite, tout le monde joue bien le coup, fixe bien avant que le ballon n’arrive dans les mains d’Axel (Bévia). Comme il court vite, je n’ai pas réussi à le rattraper et il a fini l’action (rires).

À titre personnel, comment avez-vous vécu votre rôle de buteur ?

Ça m’a donné du bon stress. C’était la première fois de ma vie que je jouais à 21 heures donc j’ai eu toute la journée pour me concentrer sur mon match. Ensuite, dès que le coup d’envoi a été donné, j’étais dans ma bulle et j’ai juste fait mon boulot pour « enquiller » face aux poteaux.

26 points inscrits pour une première sélection, ce n’est pas rien…

C’est vrai, c’est une soirée dont je me souviendrai longtemps ! Quand vous êtes buteur, vous avez plus de chances d’inscrire des points. C’est le travail de toute l’équipe qui m’a permis de concrétiser. Mon essai à la fin, c’est la cerise sur le gâteau, en plus devant mes proches. Je pouvais difficilement rêver mieux.

Pour ce premier match devant plus de 6 000 personnes, à quoi avez-vous pensé au moment d’entrer sur le terrain ?

C’est assez spécial, oui ! Il faut quelques minutes pour s’y habituer, surtout quand tu butes… Il y a beaucoup de bruit, il faut faire abstraction. Autre chose qui m’a un peu surpris, c’est pour communiquer dans la ligne arrière. On avait parfois du mal à s’entendre. Mais sincèrement, ce n’était que du bonheur ! Le public a été magnifique et on le leur a bien rendu, je pense…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Propos recueillis par Vincent Franco
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?