France - Irlande : de la montagne noire au sommet de l’hiver

  • France - Irlande : de la montagne noire au sommet de l’hiver
    France - Irlande : de la montagne noire au sommet de l’hiver Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Tous deux tombeurs des All Blacks lors du dernier automne, Français et Irlandais s’avancent comme les grands favoris de ce Tournoi. Un statut renforcé par l’entrée réussie des Bleus et surtout par la performance effrayante du XV du Trèfle face aux Gallois. Et ces deux-là vont se retrouver samedi prochain pour une finale avant l’heure.

C’est Antoine Dupont qui, à la veille du rendez-vous face à l’Italie, avait lancé les hostilités lors de la conférence de presse du capitaine : « En regardant le match de l’Irlande contre le pays de Galles, je ne suis pas sûr que nous soyons les grandissimes favoris du Tournoi. » Référence à peine voilée aux déclarations des joueurs et sélectionneurs britanniques qui faisaient, ces dernières semaines, des Français les « chouchous » des pronostics. Relancé sur le sujet après la victoire de ce dimanche, le demi de mêlée des Bleus évacuait encore la question légitime des journalistes dans un sourire : « C’est plus à vous qu’à nous de dire qui est le favori. Je sais surtout que les pronostics ne nous feront pas gagner les matchs. » Pas plus que la démonstration éclatante face aux All Blacks en novembre, si elle a fait changer ce XV de France de dimension, ne lui suffira à garnir enfin l’armoire à trophées au terme de ce Tournoi des 6 Nations. D’autant moins qu’elle ne fut pas la seule nation à faucher la meilleure équipe du monde durant le dernier automne. Elle était d’ailleurs peut-être là l’unique ombre au tableau… Sans ces satanés Irlandais, les Bleus seraient seuls sur terre. Ou, au moins, les ogres de l’Europe. Le problème, c’est qu’une semaine avant la troupe de Galthié, le XV du Trèfle avait déjà impressionné la planète rugby. Comme, il faut l’avouer, il le fait depuis un an maintenant. Ce n’est pas un hasard si Fabien Galthié, dans l’entretien exclusif qu’il nous avait accordé quelques jours avant le rassemblement à Carpiagne, insistait sur la dernière défaite de ces Diables verts, qui remontait à la deuxième journée du Tournoi des 6 Nations 2021… Contre la France.

Ibanez : « La prestation irlandaise est-elle une surprise ? »

Alors oui, l’équipe de France possède un incroyable talent et surtout des ressources que le monde entier lui envie. Oui aussi, elle a réussi son entrée dans la compétition en écartant une courageuse formation italienne sans pour autant offrir une partition qui restera gravée dans l’histoire de ce sport. « La victoire est satisfaisante, se contente le manager Raphaël Ibanez. Cinq points et cinq essais, il faut savoir savourer. » Antoine Dupont ne dit rien d’autre : « Dans des conditions compliquées, on prend. » Mais l’un comme l’autre sait que, si une nation a marqué les esprits ce week-end, c’est l’Irlande. Et ça leur va peut-être plutôt bien. Dans la lignée de son automne flamboyant, et dans celle de ses provinces toutes puissantes en Champions Cup, l’Irlande a fait voler en éclats les Gallois samedi. Certes, ceux-ci étaient diminués par l’absence de plusieurs cadres mais cela ne demeure rien d’autre que les derniers vainqueurs du Tournoi. À l’Aviva Stadium, les hommes d’Andy Farrell ont frappé fort. Très fort même, avant de se présenter à Saint-Denis. Ce qui inspire Ibanez : « La prestation irlandaise est-elle vraiment une surprise ? Cette équipe se positionne au quatrième rang mondial et elle y a fait honneur. Elle a réalisé une performance accomplie. Pour nous, c’est un challenge hyper excitant et nous savons que nous devons monter d’un cran, forcément. Avec l’instinct de compétiteur qui est le nôtre. » Dupont confirme : « Nous sommes tous conscients qu’il faudra élever le niveau individuel et collectif. »

L'Irlande a parfaitement débuté son Tournoi des 6 Nations en triomphant du pays de Galles
L'Irlande a parfaitement débuté son Tournoi des 6 Nations en triomphant du pays de Galles SUSA / Icon Sport - SUSA / Icon Sport

Deux salles, deux ambiances

C’est un sommet qui s’annonce au Stade de France samedi, entre des Bleus à l’appétit tant aiguisé et des Irlandais dont la maîtrise est un modèle. Peut-être même la finale de cette édition 2022 avant l’heure, renforcée par la gamelle en Écosse de l’Angleterre, troisième cador annoncé sur la ligne de départ. Les Français ont répété ces dernières heures à quel point leurs futurs adversaires savaient réciter leur jeu sur le bout des doigts. C’est en cela qu’ils sont aujourd’hui si effrayants. Mais les hommes de Galthié ont, de leur côté, toute leur audace et leur impertinence à leur renvoyer en pleine face. C’est même dingue de voir que ces deux facettes furent poussées à leur paroxysme dans la manière de dominer les Blacks en novembre. L’Irlande a construit son match pierre par pierre pour étouffer les partenaires d’Ardie Savea quand la France avait su les défier au moment où elle semblait lâcher prise pour renverser le cours des choses. « Samedi prochain, il faudra davantage tenir le ballon que contre l’Italie, comme on l’avait fait contre les Blacks », prévenait Melvyn Jaminet. La France et l’Irlande, deux salles et deux ambiances. La France et l’Irlande, deux titans pour une suprématie.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?