France-Irlande : La composition pose déjà question

  • Jonathan DANTY of France, Cameron WOKI of France, Maxime LUCU of France, Dylan CRETIN of France, Thomas RAMOS of France, Paul WILLEMSE of France, Demba BAMBA of France during the Six Nations Rugby match between France and Italy at Stade de France on February 6, 2022 in Paris, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)
    Jonathan DANTY of France, Cameron WOKI of France, Maxime LUCU of France, Dylan CRETIN of France, Thomas RAMOS of France, Paul WILLEMSE of France, Demba BAMBA of France during the Six Nations Rugby match between France and Italy at Stade de France on February 6, 2022 in Paris, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Si Galthié est adepte d’une forme de continuité, le sélectionneur ne s’interdit pas quelques ajustements, selon l’adversaire comme Avant l’Irlande...

Au moment de se lancer plein fer dans ce Tournoi des 6 nations, il y avait les évidences. La conduite du jeu et, donc, les postes de la charnière seraient confiés à la paire toulousaine Dupont-Ntamack ; Fickou prendrait une place et le triangle arrière, sans surprise, reviendrait au trio de novembre Villière-Jaminet-Penaud. Devant, Marchand devait retrouver ses galons de titulaire ; Baille à gauche, Willemse en 5 et Alldritt en 8. Faites le compte : cinq postes sont restés à trancher (3, 4, 6, 7, 12). Sur lesquels Galthié et son staff ont choisi, pour l’Italie, d’aligner respectivement Atonio, Woki, Jelonch, Cretin et Danty. Qu’en sera-t-il face à l’Irlande ? Si la première salve de postes cités semble verrouillée, les cinq derniers évoqués pourraient être ouverts à la concurrence. État des lieux.

Atonio, un bail prolongé... pour l’instant ?

Le pilier rochelais Uini Atonio est le joueur qui s’est le moins mis en valeur, au sein de la première ligne française. À son actif, un gros plaquage offensif mais, aussi, une certaine discrétion dans le jeu courant et peu de mobilité. Face à l’Irlande, aux avants si dynamiques, il faudra être particulièrement prompt dans le jeu au sol, que ce soit sur les soutiens offensifs ou défensifs.

C’est le défi qu’Atonio aura à relever. Malgré tout, son physique de dinosaure devrait lui assurer une place, sachant que Demba Bamba n’a pas brillé, dimanche, lors de son entrée en jeu. Mais, très vite, il faudra compter avec le retour de Mohamed Haouas, titulaire naturel chez les Bleus depuis la prise de fonction de Galthié mais actuellement absent en raison de son procès. (voir page 29)

Woki, vers un retour en troisième ligne

Le profil de l’adversaire et son attrait pour le jeu de combat poussent vers une densification du paquet d’avants français. À ce titre, le maintien de Woki en deuxième ligne interroge. "Il reste potentiellement une option en deuxième ligne, mais il est encore en numéro 7", disait de lui Galthié en janvier, dans nos colonnes. Avant de l’aligner en 4 face à l’Italie. La question de le faire revenir à son poste initial s’impose. Une option qui permettrait de remettre du combat dans le cinq de devant français. Avec deux options : titulariser Bernard Le Roux ou Thibaud Flament, qui faisait ce dimanche son retour à Marcoussis. En troisième ligne, Woki prendrait naturellement la place de Dylan Cretin. Profil pour profil. Toutefois, la France gagnerait en abattage sur la ligne de front ce qu’elle perdrait en qualité dans l’alignement, avec la disparition d’un pur sauteur.

Danty blessé ? Moefana et Vakatawa attendent leur tour

Sorti à la 58e, le Rochelais Jonathan Danty était touché à la cheville gauche et immédiatement manipulé par le staff médical du XV de France, le pied pris dans une poche de glace. S’il devait renoncer, deux options s’offriraient à Galthié et ses adjoints : la plus logique serait la "promotion" de Yoram Moefana, remplaçant ce dimanche et auteur d’une très bonne entrée en jeu ; la plus "historique" serait la titularisation de Virimi Vakatawa, homme central du premier dispositif de Galthié mais en nette perte de vitesse depuis plusieurs semaines.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Léo FAURE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?