France-Italie : qui va piano va sano

  • Tournoi des 6 Nations 2022 - Grégory Alldritt, Antoine Dupont et Romain Ntamack (France) face à l'Italie
    Tournoi des 6 Nations 2022 - Grégory Alldritt, Antoine Dupont et Romain Ntamack (France) face à l'Italie Midi Olympique / Patrick Derewiany
Publié le , mis à jour

Sous la pluie et dans un jour sans, le XV de France a assuré l'essentiel face à l'Italie, ce dimanche, à Saint-Denis : la victoire et le bonus offensif (37-10). On oubliera aisément le reste.

Ce samedi, le Stade de France n'affichait pas complet. 20 000 places n'avaient pas trouvé preneurs pour ce lever de rideau. Pourtant, le XV de France était présenté comme le favori du Tournoi. Pourtant, les Bleus restaient sur une performance historique face à la Nouvelle-Zélande dans cette même enceinte. Pourtant, la communication avait été on ne peut plus omniprésente afin de rameuter le plus grand nombre de supporters.

Mais qu'on se le dise, les France-Italie ne suscitent pas l'engouement habituel d'une rencontre du Tournoi des 6 Nations. L'édition 2022 de l'anonyme trophée Garibaldi va ancrer un peu plus profondément ce préjugé négatif dans l'imaginaire populaire des amoureux de rugby. Quelle purge, messieurs dames. Sous un crachin hivernal, les troupes de Raphaël Ibanez, sélectionneur intérimaire en l'absence, ont livré une partition de bien médiocre tenue. En télétravail pour cause de Covid, Fabien Galthié a dû ne pas en croire son écran. Les Bleus ont été menés au score, ont enchaîné les coups de pied à tort et à travers, ont été étonnamment indisciplinés, ont multiplié les maladresses... Antoine Dupont et Romain Ntamack ont peut-être même livré une de leurs moins convaincantes partitions ensemble. Reconnaissons-le : nous avions imaginé d'autres débuts pour le XV de France dans ce Tournoi 2022, deux mois après le feu d'artifice face à la Nouvelle-Zélande. On attend toujours plus des gens en qui l'on croit...

Seul Villière s'en souviendra

Mais à l'arrivée, si le XV de France s'impose dans l'épreuve, qui se souviendra de cette triste messe inaugurale ? Personne. Car l'essentiel reste ailleurs : ce lundi matin, les hommes de Fabien Galthié comptent cinq points au classement, comme leurs rivaux irlandais. Ce bonus, obtenu à la 68e minute, doit pour beaucoup à l'efficacité de leur contre en touche, au réalisme de Gabin Villière, aux qualités de contre-attaque du fond de terrain français, à la puissance de ses avants. Voilà une des forces du XV de France : même sans briller, il possède suffisamment de talent et de consistance pour transformer une après-midi de chien en bonne opération comptable. Voilà bien aussi le malheur de nos voisins transalpins. Même en réalisant une prestation honnête, même face à un adversaire en toute petite forme, la Squadra Azzurra finit par recevoir une correction. Paolo Garbisi et ses partenaires sont repartis du Stade de France avec près de quarante pions dans les bagages. Ce dimanche a ressemblé à tant d'autres pour les joueurs de la botte, dont la série de défaites dans le Tournoi a été portée à trente-trois. À vrai dire, à l'exception de Gabin Villière, auteur d'un triplé décisif, personne n'a vécu un dimanche mémorable du côté de Saint-Denis.

Brouillons, les Bleus assurent l'essentiel face à l'Italie !

Le film du match > https://t.co/n1AMmDIvlu#FRAITA #XVdeFrance #NeFaisonsXV pic.twitter.com/Gp45KHCbpd

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) February 6, 2022
Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?