Klemenczak en forme, le Racing fait le plein contre Brive

  • Pour ceux qui en doutaient, Olivier Klemenczak est bel et bien revenu à un bon niveau de forme. Preuve en fut faite samedi après-midi.
    Pour ceux qui en doutaient, Olivier Klemenczak est bel et bien revenu à un bon niveau de forme. Preuve en fut faite samedi après-midi. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Les Racingmen s'attendaient à un match piège face à Brive. Il n'en fut finalement rien et, au coeur de la démonstration francilienne, on s'attardera sur le retour en forme d'Olivier Klemenczak, longtemps disparu des radars...

Vous savez quoi ? Il paraît que ce match, gagné en dix minutes et trois accélérations par les Racingmen, était un piège. "Toute la semaine, on s’est dit que Brive était la pire équipe à affronter après notre belle performance à Toulouse, disait donc Juan Imhoff après la rencontre. Il faut dire qu’au Racing, nous sommes un peu les spécialistes pour nous casser la gueule sur des matchs pareils." En plein doublon, face à un adversaire supposé plus faible et quelques jours après avoir reçu les louanges inhérentes à une victoire chez le champion de France, les Ciel et Blanc auraient indéniablement pu "se casser la gueule", samedi soir. Mais comme on vous l’explique plus en amont dans ce journal, le Racing a fait sa mue ses dernières semaines et n’a plus le charme désinvolte qu’il véhiculait l’an passé ou en début de la saison. "Les Brivistes avaient annoncé qu’ils viendraient se tester face à une équipe qui n’en était pas vraiment une, assurait de son côté Didier Casadéi, le coach des avants franciliens. Ça nous a mis en alerte. On a voulu répondre présents." Sans forcer son talent, le club des Hauts-de-Seine a alors marché sur la treizième équipe de ce championnat, aplatissant huit essais dont certains magnifiques. "Nous avons vécu des périodes complexes depuis le début de saison, poursuivait Casadéi samedi soir. Il y a eu une hécatombe de blessés, une épidémie de Covid, des compositions d’équipe que l’on devait changer un jour avant le match… Peut-être nous sommes-nous vus trop beaux, à un moment donné… Mais dernièrement, nous avons remis le bleu de chauffe et je pense que ça se ressent, aujourd’hui."

La résurrection de Klemenczak

Au Racing, les errements du début de saison ne sont plus qu’un lointain souvenir et à présent, des joueurs que l’on pensait hors du coup reviennent dans la course, boostant un collectif qui n’avait que trop rarement pu donner sa pleine puissance. Le premier d’entre eux s’appelle Olivier Klemenczak. Barré par Gaël Fickou, Virimi Vakatawa, Henry Chavancy voire Kurtley Beale au milieu du terrain, blessé deux mois durant à l’automne, l’ancien Dacquois a finalement peu joué depuis le début de saison. Difficile à encaisser, pour un joueur qui était il y a peu aux portes de l’équipe de France : "En revenant de blessure, disait-il après la rencontre, ce fut un peu difficile pour moi. Je me suis évidemment posé des questions. Mais ça fait partie du jeu. J’ai des joueurs autour de moi qui sont excellents, qui sont tous internationaux. Ce n’est pas toujours facile mais je m’éclate aussi, avec eux." Auteur d’un doublé et d’une performance aboutie face aux Brivistes, Olivier Klemenczak a prouvé samedi soir qu’il avait sa place, dans un milieu de terrain où cohabitent quelques monstres. L’avait-on vraiment oublié ?

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Marc DUZAN
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?