La Covid-19 chamboule le lancement du Super Rugby Pacific

  • Photo d'illustration Icon Sport
    Photo d'illustration Icon Sport Icon Sport - Abaca
Publié le

Le Super Rugby Pacific, qui regroupe cinq équipes australiennes, cinq Néo-Zélandaises, une Fidjienne et une Samoane doit commencer le 18 février mais les organisateurs ont déjà prévu des mesures pour éviter de se faire déborder par le Covid-19. Le calendrier a été revu et les équipes néo-zélandaises ont été regroupées dans un même lieu.

Menacé, le Super Rugby Pacific aura bien lieu. Son coup d’envoi est prévu le 18 février prochain pour quatorze journées de saison régulière avant une phase finale débutant par des quarts de finale au printemps. Cette édition est particulièrement attendue puisque deux franchises, une fidjienne et une samoane, font leur apparition aux côtés des cinq provinces autraliennes et des cinq équipes néo-zélandaises. En revanche, pour maintenir l’événement, les organisateurs n’ont pas lésiné sur les moyens. Ils ont notamment décidé de réunir toutes les équipes jouant en Nouvelle-Zélande pour créer un bulle sanitaire dans la ville de Queenstown, une station de sports d’hiver dans l’île du Sud du pays. Cette mesure ressemble à celle mise en place par la NBA (championnat de basket américain) pour terminer la saison 2020. Chaque équipe vivra en total isolement, avec des facilités d’entraînement séparées.

Les matchs se disputeront dans deux stades : le Wakatipu Stadium de Queenstown et le Rugby Park d’Invercargill à l’extrême sud du pays, où les équipes se rendront en bus (cinq heures aller-retour). Une bulle sanitiaire qui sera maintenu, au minimum pendant les trois ou quatre premières semaines de compétition, même si les organisateurs ont laissé entendre que les joueurs pourraient rentrer chez eux au mois de mars si les consignes gouvernementales s’assouplissent d’ici là. En revanche, cette bulle sanitaire ne permet pas d’envisager des rencontres avec les franchises australiennes. D’autant plus que les conditions pour voyager en Australie sont aussi draconiennes. L’État de l’Australie Occidentale a notamment fermé ses frontières.

Des mesures drastiques

La franchise de la Western Force a donc été contrainte de s’exiler sur la côte est et débutera donc sa saison qu’avec des rencontres disputées à l’extérieur, en gardant l’espoir de pouvoir rapidement rejoindre l’Australie Occidentale pour pouvoir jouer des rencontres à domicile.

Ces mesures drastiques ont été prises pour sauver une compétition plus que précaire. Un grand point d’interrogation se pose quant aux oppositions entre équipes néo-zélandaises et australiennes du fait des restrictions de déplacement. Néanmoins, le "Super Round" (une journée complète jouée dans une seule ville qui regroupera les 12 équipes) a été confirmée pour le week end du 22 au 24 avril dans la ville de Melbourne. Tout dépendra bien sûr de la réouverture des frontières.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?