L’Irlande a lancé la cavalerie face aux Gallois

  • Les Irlandais de Bundee Aki n’ont pas fait de détail pour se débarrasser du pays de Galles. Ils ouvrent à la perfection leur Tournoi des 6 Nations 2022 en faisant honneur à leur statut de favoris…
    Les Irlandais de Bundee Aki n’ont pas fait de détail pour se débarrasser du pays de Galles. Ils ouvrent à la perfection leur Tournoi des 6 Nations 2022 en faisant honneur à leur statut de favoris… Sportsfile / Icon Sport - Sportsfile / Icon Sport
Publié le

Démonstration offensive sidérante des Irlandais qui ont inscrit quatre essais superbes. Il faudra jouer à cent pour cent pour enrayer une telle machine à se faire des passes.

Les vagues ont déferlé encore et encore. L’Irlande aura saoulé les pauvres Gallois comme rarement dans l’Histoire. Pendant une heure environ, ce fut une orgie de jeu offensif. Le mot orgie ne convient pas vraiment, disons plutôt démonstration ou parade, parce que ces Irlandais ne semblent jamais se passer la balle dans l’improvisation. Ils bichonnent au contraire leurs lancements autour de l’éternel Jonny Sexton, avec une spécialité, l’ouvreur qui redouble son premier centre, il arrive même au vétéran du Leinster de redoubler deux fois sur la même attaque.

Le résultat, ce fut donc un cavalier seul l’escouade offensive irlandaise. Quatre essais superbes, dont deux pour Andrew Conway, l’ailier du Munster en bout de ligne. Celui de la 51e mériterait d’être encadré, avec un lancement aux petits oignons, justement grand champ vers la droite. Certes, les Gallois étaient réduits à quatorze après le carton jaune de Josh Adams, mais l’offensive méritait sacrément le détour. Sexton qui redouble avec Ringrose évidemment et tout s’enclenche avec les Josh Van der Flier, Tadhg Furlong, Tadhg Beirne irrésistibles. Le deuxième ligne au casque bleu crée l’ultime brèche et pour finir Gibson-Park sert son trois-quarts aile dans un écrin par une passe sautée. 18 passes en sept phases sur une moitié de terrain. Bien sûr, cette description factuelle ne peut pas rendre compte de la majesté d’une telle action. Ces mots veulent juste témoigner de la justesse sidérante des transmissions irlandaises. Et du talent de ceux qui les ont faites car tout le monde était au diapason de l’excellence des vétérans Sexton et Healy au débutant Mack Hansen débarqué d’Australie il y a tout juste six mois pour enfiler le maillot du Connacht (c’est lui qui a été désigné « homme du match »).

Des Irlandais démoniaques

Si l’on veut voir ce match sous un autre prisme, on retiendra aussi que l’Irlande ne fut jamais sanctionné jusqu’à la 54e minute. Oui, le pays de Galles a attendu près d’une heure avant de bénéficier d’une pénalité. Les Gallois n’ont pas réussi grand-chose évidemment, même leur essai fut offert par une passe hasardeuse de Tadhg Beirne (par ailleurs excellent). Ils ont bien essayé d’attaquer, eux aussi mais même sans le ballon, les Irlandais étaient démoniaques, leurs montées trop tranchantes et trop efficaces pour laisser respirer les maillots rouges.

Andy Farrell, le sélectionneur irlandais se permit même de faire une précision : « J’ai trouvé que le score de 10-0 la pause, ce n’était pas mal car aujourd’hui les conditions étaient terribles. C’était notamment très dur de jouer au pied, et même de jouer tout court d’ailleurs. Tout était glissant, il y avait même de la tempête par moments. On ne savait que tout ne pourrait pas être parfait aujourd’hui. Le pays de Galles s’est battu férocement. Il a très bien défendu, notamment sur les libérations de balle. Donc je suis très satisfait de la victoire, mais il y a des choses sur lesquelles on doit s’améliorer. Notre prochain match sera un très gros match, à Paris. Nous avons un jour de plus pour le préparer. Nous devons tâcher de bien récupérer. 

Le sélectionneur – anglais – de l’Irlande pouvait savourer cet après-midi de chien. Son équipe nationale a fait chavirer l’Aviva Stadium avec un jeu finalement différent de celui de son prédécesseur Joe Schmidt, adulé pourtant dans la verte Erin. L’Irlande de Farrell prend plus de risques dans son jeu de passes, passe moins par le sol. Pour beaucoup, ses charges de cavaleries sont plus belles à voir.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jérôme PRÉVÔT
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?