L'Oscar de la semaine : Reinach, puissance trois !

  • L'Oscar de la semaine : Reinach,  puissance trois !
    L'Oscar de la semaine : Reinach, puissance trois ! Midi Libre - SYLVIE CAMBON
Publié le

Comme il nous l’a confié samedi soir après la victoire bonifiée contre Pau, Cobus Reinach sent que ses jambes sont celles d’un gamin de 21 ans et cela se voit.

Contre la Section paloise, Reinach a signé un triplé, portant son total personnel à huit réalisations toutes compétitions confondues : « Ce n’est pas toujours facile de se porter à son soutien ! souriait son capitaine Yacouba Camara. C’est souvent le rôle des trois-quarts d’ailleurs. Il est l’un des plus rapides de l’équipe, il a été chronométré à 36 km/h je crois… On le voit bien sur ses interceptions ou ses franchissements. C’est vraiment un atout pour nous ». Même écho du côté d’Olivier Azam, entraîneur en charge des avants héraultais : « Cobus, c’est un puncheur. C’est un mec qui peut faire des différences. » Le pire, c’est qu’à en croire le technicien, Reinach n’était pas à 100 % ! : « Toute la semaine, il a été en délicatesse avec un ischio, on l’a préservé. Le staff médical a fait un super boulot et lui a été hypersérieux et professionnel pour être en mesure d’abattre un tel boulot. Disons qu’il a atteint sa limite par rapport à la blessure dont il souffrait. Mais si sa limite est à trois essais… ça va ! » plaisantait celui que l’on surnomme « Z ».

Cobus Reinach marqua notamment après une pénalité jouée rapidement, sa « spéciale », selon Camara : « Il surprend les adversaires, à l’image de sa pénalité rapidement jouée. Il adore jouer dans l’euphorie. C’est un joueur qui aime la vitesse, qui aime l’action. Il joue de façon instinctive. Là, sur ce coup-là, j’aurais mis ma main à couper qu’il allait la jouer vite. » Et le capitaine de prolonger son propos par une comparaison avec une référence au poste : « On le retrouve souvent à l’intérieur comme Antoine Dupont. Ces joueurs sont très rapides et se portent tout le temps au soutien. » Une comparaison que l’intéressé refusera poliment (lire page 18), insistant sur le fait qu’il ne veut ressembler à personne. Toujours est-il qu’en termes de talent et d’efficacité, la comparaison tient entre les deux hommes.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?