Tournoi des 6 Nations 2022 - France - Italie : un match, trois questions

  • Ntamack et Dupont trop imprécis
    Ntamack et Dupont trop imprécis Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le , mis à jour

Bien que larges vainqueurs de coriaces Italiens, les Bleus ne vont pas manquer de secteurs à travailler avant d’affronter l’Irlande, comme le jeu au pied d’occupation ou la discipline. Les Tricolores ont néanmoins brillé offensivement, notamment avec quatre essais dont un marqué sur une sublime combinaison.

Les Bleus ont-ils bien occupés au pied ? 

Ntamack et Dupont trop imprécis

Dans une première rencontre du Tournoi, disputée face à un adversaire réputé plus faible et dans des conditions humides, l’occupation du terrain allait être déterminante. À l’issue du match et malgré la large victoire, force est de constater que les Bleus, et plus précisément les joueurs de la charnière Antoine Dupont et Romain Ntamack vont devoir retravailler leur jeu au pied, tant en termes de longueur que de précision. En première mi-temps, on pense à deux frappes réalisées par Dupont derrière des rucks qui se sont avérées trop longues, car envoyées dans les 22 adverses où les Italiens ont pu faire «marque» (même si, par manque de lucidité peut-être, Garbisi ne le fait pas sur le deuxième). Une longueur excessive qui a aussi empêché les trois-quarts tricolores d’aller «chasser» au point de chute. Ensuite, on pourra reprocher à Ntamack un manque de longueur. En effet, le Toulousain n’a jamais vraiment fait reculer le triangle arrière italien qui, au demeurant, a toujours été bien placé. On songe aussi à la dernière pénaltouche où le Toulousain, depuis les 40 mètres italiens, a envoyé le ballon juste à l’entrée des 22 mètres. Un peu court... Heureusement, l’arrière Melyvn Jaminet a tenu la baraque. Mais il ne pourra pas tout faire contre l’Irlande...

 

Faut-il s'inquiéter de l'indiscipline des Bleus ?

Oui, car l'Irlande imposera bien plus de pression

La réalité d’un match de rugby ne peut se réduire à la réalité d’une ligne de statistiques, mais tout de même. Certaines sont tout de même très évocatrices, à commencer celle de la discipline. Dimanche, contre l’équipe considérée comme la plus faible du Tournoi, les Bleus ont concédé 14 pénalités. Ils ont de fait dépassé la limite fatidique des 10 fautes, que l’on dit souvent fatale au plus haut niveau. À l’issue du match, le talonneur toulousain Julien Marchand ne pouvait nier l’évidence: «Le bémol, c’est l’indiscipline. On a fait un peu trop de fautes, des hors-jeu, il ne faudra pas les reproduire tout au long du Tournoi sinon nos adversaires vont engranger des points. » Le talonneur a raison de citer les positions de hors-jeu. Car elles représentent à elles seules pas moins de cinq fautes sifflées contre eux. La bonne nouvelle, c’est que l’on peut considérer la postion de hors-jeu comme étant la moins grave de toutes, et surtout la plus facile à corriger. Avec un peu plus de concentration, de lucidité et de communication, les Tricolores devraient parvenir à corriger le tir. On imagine aussi que l’apport de l’ancien arbitre international Jérôme Garcès, qui travaille désormais au sein du staff tricolore, sera précieux dans la semaine qui va les conduire jusqu’au choc contre l’Irlande. Venons-en au futur adversaire des Bleus justement ! Comment se sont t-ils comportés samedi ? Pas trop mal, puisqu’ils n’ont concédé que... trois pénalités au total. Et la première n’est tombée qu’après 53 minutes de jeu. Alors certes, les Irlandais ont affronté un XV du Poireau très amoindri, lequel ne les a jamais mis réellement sous pression, mais ces données montrent tout de même l’incroyable rigueur de cette équipe irlandaise. Deuxième chose, les Irlandais développent un jeu très rapide, qui leur demandera beaucoup de replacements défensifs. Enfin, ils auront en face d’eux un certain Jonathan Sexton, qui fut le meilleur réalisateur de la précédente édition (65 points). Fort heureusement pour nous, Gaulois, il ne semble pas en grande forme puisqu’il n’a signé qu’un timide 4/7 face aux Gallois...

Il faut s'inquiéter de l'indiscipline des Bleus car l'Irlande imposera plus de pression
Il faut s'inquiéter de l'indiscipline des Bleus car l'Irlande imposera plus de pression Icon Sport - Icon Sport

D'où est venu le premier essai de Gabin Villière? 

Penaud et Ntamack, deux merveilles de passes sur un pas

Les Bleus ont marqué leur deuxième essai, soit le premier du «Festival Villière», sur une combinaison parfaitement réalisée par les trois-quarts tricolores, Romain Ntamack et Damian Penaud en tête. Flashback: on vient tout juste de dépasser les quarante minutes de la première mi-temps. Les Bleus sont à la manœuvre à cinq mètres de la ligne transalpine, après une énième prise en touche de Cameron Woki suivie d’un maul, tout à droite du terrain. Après une brève avancée, Antoine Dupont écarte le ballon vers Jonathan Danty, placé en premier attaquant. Autour de lui, cela s’active: dans son dos se cachent Romain Ntamack et Damian Penaud, tandis que Gaël Fickou arrive sur sa gauche, lancé comme un boulet de canon, avec une course rentrante. Le Rochelais passe dans son dos pour servir Romain Ntamack, qui est aussitôt mis sous pression par le centre italien Zanon, qui a bien suivi le mouvement. En un éclair, «NTK» sert sur un pas Penaud, qui est lui aussi mis très rapidement sous pression par un autre défenseur italien. Qu’importe, le Clermontois a le temps de servir avec justesse Melvyn Jaminet, placé au large. Le Catalan lève la tête, et lit qu’un deux contre un des écoles vient de s’ouvrir devant lui. Jaminet n’a plus qu’à fixer le dernier défenseur, et adresser une passe décisive à Gabin Villière qui plonge en coin. Bravo Messieurs.

Penaud et Ntamack, deux merveilles de passes sur un pas
Penaud et Ntamack, deux merveilles de passes sur un pas Midi Olympique - Patrick Derewiany

 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?