Un jeu plus offensif, une troisième ligne de haut niveau... Les 5 forces de l'Irlande selon Hanrahan

  • Top 14 - JJ Hanrahan (Clermont) contre Toulon
    Top 14 - JJ Hanrahan (Clermont) contre Toulon Icon Sport - Romain Biard
Publié le , mis à jour

Depuis Clermont où il évolue depuis cet été, l'ancien Munsterman JJ Hanrahan garde un œil avisé sur la sélection irlandaise, qui a atteint selon lui un niveau de jeu à la fois très élevé mais aussi plaisant. Il accepte de décrypter les forces du XV du Trèfle.

JJ Hanrahan a beau s'être parfaitement intégré à l'effectif clermontois, il suit toujours de très près les performances de la sélection irlandaise. D'ailleurs, son niveau contre le pays de Galles la semaine passée (victoire 29-7) ne l'a « pas surpris » : « Si vous avez regardé leurs 5 ou 6 derniers matchs, ils ont montré ce qu'ils voulaient faire. Ils jouent très bien avec le ballon. Mais le niveau global sur l'occupation et la défense était très bon aussi. Ils étaient très agressifs. » En ce qui concerne la rencontre de samedi, il assure d'ailleurs : « Pour moi, celui qui gagne samedi, remporte le Tournoi des 6 Nations. La France recevra l'Angleterre et l'Irlande, si elle gagne, aura tellement de confiance qu'elle ira jusqu'au bout. » De quoi vous situer la portée du match...

 

Une philosophie plus offensive

L'Irlande de Joe Schmidt est celle qui est revenue au premier plan de la scène internationale. Mais ce n'est certainement pas pour l'extravagance de son jeu. A contrario, on voit depuis plusieurs mois l'Irlande adopter une autre mentalité et cela plaît énormément au demi d'ouverture : « J'aime beaucoup leur façon de jouer aujourd'hui. Leur philosophie, qui propose davantage de jeu debout, est très plaisante. Il sera très intéressant d'observer la défense de la France samedi. Shaun Edwards fait monter très haut et vite ses défenseurs. » Et dans cette évolution, impossible de ne pas mentionner l'importance de Jonathan Sexton. Si Philippe Saint-André a déclaré que les Irlandais étaient « de moins en moins dépendants » de lui, qu'ils sont « peut-être meilleurs sans lui », l'avis du Clermontois est clair : « C'est une pièce maîtresse du système irlandais. Grâce à son leadership, il tire le meilleur de l'équipe. Il a aussi une technique formidable. » Son absence sera donc importante dans l'équation de samedi.

 

Un esprit d'équipe à toute épreuve

Interrogé sur l'incroyable débauche d'énergie concédée par les Irlandais, JJ Hanrahan y voit plutôt une force mentale individuelle et collective : « Ce que tu vois, c'est l'incroyable solidarité dont ils font preuve. Leur état d'esprit est formidable. Ils travaillent pour l'équipe. En plus de s'épauler, ils se donnent mutuellement de l'énergie. On peut voir leurs gestes d'encouragement à chaque turnover ou à chaque temps mort. Et cet aspect est très important. C'est ce qui fait les grandes équipes, on l'observe chez la France aussi. Quand la situation se complique, l'équipe se resserre et fournit encore plus d'énergie. »

 

Un système qui met aussi en valeur le joueur

L'originaire du comté de Kerry à l'extrême sud-ouest de l'île n'estime pas que le grand contingent du Leinster en sélection est pour grand-chose dans l'état d'esprit du groupe. C'est plutôt une méritocratie qui bonifie les joueurs bons en club. « La sélection n'est pas forcément un reflet des provinces. C'est plutôt ce qu'apporte chaque joueur quand il mérite d'être dans le groupe. On le voit avec le nouvel ailier Mack Hansen (Connacht, 23 ans). Il a été excellent en championnat, a été récompensé par une sélection et il a été excellent ce week-end. »

 

Une discipline poussée à l'extrême

Il n'a échappé à personne que la première pénalité concédée par l'Irlande est intervenue à la 54e minute. C'est dire le niveau d'exigence des Irlandais. À ce sujet, JJ Hanrahan explique que le système irlandais fait beaucoup dans cet aspect de la construction du joueur : « De mon expérience, c'est une culture ancrée dans toutes les provinces. Très tôt, les arbitres interviennent une à deux fois par semaine lors des entraînements. Aussi l'objectif est toujours fixé à moins de 6 pénalités par match. »

 

Une troisième ligne de très haut niveau

Au cœur du combat, la troisième ligne a une nouvelle fois impressionné samedi dernier contre le XV du Poireau. Interrogé sur celle-ci, l'ouvreur s'étend particulièrement sur la progression de Van der Flier : « Je connais Jack (Conan) et Josh (van der Flier) très bien, j'ai joué avec eux en sélections jeunes. Ils sont impressionnants, très athlétiques. Mais la progression la plus remarquable est celle de Josh. Il a toujours été un très grand plaqueur et un concurrent redoutable dans les phases de ruck. Mais il est devenu aujourd'hui un excellent porteur de balle. » Quant à son ancien partenaire O'Mahony, relégué sur le banc, il ne sous-estime pas son influence : « Je connais « Pete » personnellement, et il veut débuter tous les matchs. Mais s'il est sur le banc, c'est parce que les matchs de niveau international sont devenus très demandeurs et il peut apporter son expérience et sa sérénité dans les moments chauds. Aussi, dans ces moments-là il est toujours là. »

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?