Aix fait tomber Sapiac

  • Les Aixois de Louis Marrou ont fait chuter pour la première fois les Montalbanais dans leur antre grâce à un réalisme poussé à l’extrême. Photo DDM
    Les Aixois de Louis Marrou ont fait chuter pour la première fois les Montalbanais dans leur antre grâce à un réalisme poussé à l’extrême. Photo DDM
Publié le

Au terme d’un duel très haché mais pas sans stratégie, Provence Rugby a réalisé ce que personne n’avait réussi à faire cette saison : faire tomber Montauban dans sa cuvette de Sapiac.

On le sentait arriver. Après les nuls face à Grenoble et Bourg-en-Bresse et la frayeur contre Aurillac, c’est finalement face à Provence Rugby que la forteresse montalbanaise est tombée pour la première fois de la saison. Et ce résultat est loin d’être illogique tant les Provençaux se sont montrés bien plus fringants que les Montalbanais. Solidaires défensivement et réalistes offensivement, les protégés du duo Reggiardo-Cibray ont réalisé le match qu’il fallait faire à l’extérieur. "On sortait d’une désillusion après la perte du match à Narbonne dans les dernières minutes, rappelait Fabien Cibray. Les joueurs ont mis un cœur exceptionnel, une grande solidarité."

Plutôt dominés territorialement et dans la possession du ballon, les Aixois ont montré, c’est vrai, une solidarité exceptionnelle en défense, en avançant sur chaque séquence. Bien que largement pénalisés proches de leur ligne, les hommes de Fabien Cibray n’ont jamais craqué et ont été redoutables dans la défense des ballons-portés. "La discipline est le point noir du match, c’est ce qui a permis à Montauban de rester dans les clous, concédait l’entraîneur. À la fin, les Montalbanais ont quelques occasions mais on a serré les rangs. Et une défense de ballons-portés, c’est avant tout la volonté des mecs de s’y coller."

L’imprévisible Provence

De quoi prouver donc la vaillance de ses joueurs, dans un duel qu’ils ont aussi su remporter grâce à leur réalisme dans le camp des locaux. C’est simple, chaque visite ou presque des Provençaux s’est soldée par des points marqués, que ce soit par la botte d’un Enzo Selponi inspiré, ou par l’essai de Quentin Witt en première période. "On a su être opportuniste, et c’est ce qui a fait la différence ce soir", glissait Théo Belan. Ce succès à Sapiac est en tout cas bien symbolique de l’irrégularité de Provence Rugby, une des équipes les plus imprévisibles de Pro D2. Capables de perdre deux fois contre Narbonne, bon dernier, et d’être les premiers à s’imposer à Montauban, les Aixois espèrent désormais gagner en régularité pour viser plus haut. "Je ne savais même pas que nous étions les premiers à gagner ici, mais c’est anecdotique, confessait Belan. La régularité est un mal chez nous. C’est ce qui nous sépare du haut niveau du Pro D2. On est encore une équipe à réaction plutôt que d’action."

Fabien Cibray complétait : " On est un peu sur courant alternatif depuis quelques années déjà. On est capable un peu de tout. On a souvent des trous dans des matchs qui nous coûtent cher au niveau de la concentration et de la discipline. Ce vendredi, on a été assez régulier et ce sur quoi il faut tendre pour progresser." Progresser, c’est aussi au niveau du classement puisque Provence Rugby est désormais à sept points de la sixième place et ne cache pas ses ambitions. Belan concluait : "Nos objectifs, c’est de regarder plus vers le haut que vers le bas. Même si on se rend compte qu’on est aussi proche du haut que du bas."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Yanis GUILLOU
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?