Balade à l’italienne pour les Anglais

  • Jamie George s’est offert un nouveau doublé contre l’Italie. C’est d’ailleurs la seule équipe contre laquelle il a marqué dans le Tournoi. Photo Icon Sport
    Jamie George s’est offert un nouveau doublé contre l’Italie. C’est d’ailleurs la seule équipe contre laquelle il a marqué dans le Tournoi. Photo Icon Sport Icon Sport - PA Images
Publié le

Face à une formation italienne encore une fois à l’agonie, les Anglais ont fait le boulot pour retrouver le sourire après leur revers en Écosse.

Avant la rencontre, en étant tout à fait honnête, l’espoir d’assister à un semblant de rencontre serrée existait. D’une part, les Anglais avaient déçu en Écosse et de l’autre les Italiens paraissaient en capacité de rivaliser après leur prestation encourageante à Paris. Force est de constater que les supporters italiens n’ont pas pu espérer longtemps. Les premières minutes de jeu ont — malheureusement pour les Transalpins — prouvé la (trop) grande différence qui existe aujourd’hui entre l’Angleterre et l’Italie. Malgré un début de rencontre assez équilibré, le XV de la Rose plante la première banderille par l’intermédiaire de Marcus Smith. Une fois la machine anglaise lancée, les vagues ont déferlé durant le premier acte sur une défense italienne complètement débordée à l’image de Federico Mori. Le joueur de l’UBB a vécu un après-midi assez difficile, il est notamment fautif sur ce premier essai du XV de la Rose. Jusqu’à la pause, le huit de devant anglais a fait le boulot sans forcer pour envoyer par deux fois le talonneur Jamie George derrière la ligne. Vingt-et-un points d’avance au moment de retourner aux vestiaires… Ce dimanche après-midi s’est rapidement transformé en une balade agréable pour les protégés d’Eddie Jones.

Un second acte décevant

Malgré cette victoire bonifiée, acquise dès le début du second acte après l’essai d’Eliott Daly, tout n‘a pas été parfait pour les Anglais, loin de là. Loin de nous cette idée d’être négatif mais il est clair que le XV de la Rose a rendu une copie insuffisante dans le second acte. Conscients de leur supériorité, les Anglais se sont contentés de gérer. Une gestion qui a forcément provoqué quelques imprécisions. Durant plus de vingt minutes, la rencontre est tombée dans un rythme qui a dû inquiéter plus d’un supporter britannique, qui espérait un match consistant sur la longueur de sa nation. Il a fallu attendre la dernière partie du match pour voir le dernier essai du XV de la Rose inscrit par Kyle Sinckler. De cet après-midi en demi-teinte, seul Marcus Smith a maintenu un niveau stratosphérique durant l’intégralité de la rencontre. Le demi d’ouverture britannique a encore démontré tout son talent en battant six défenseurs adverses sur la pelouse du Stadio Olimpico. Le maillot floqué du numéro dix de l’Angleterre semble avoir trouvé son porteur pendant de nombreuses années.

L’Italie touche (encore) le fond

Les semaines se suivent et se ressemblent pour les Italiens. Encore une fois, les joueurs de Kieran Crowley n’ont pas eu les épaules pour ne serait-ce que rivaliser face à ce XV de la Rose. Trop limités autant techniquement que physiquement, ces rencontres semblent être un long chemin de croix pour ceux qui ont subi leur 99e défaite de leur histoire dans le Tournoi. Encore une fois, le demi d’ouverture prouve quelque peu le niveau des siens. Contrairement à Smith, Paolo Garbisi a sombré ce dimanche après-midi. Le Montpelliérain a semblé impuissant derrière un huit de devant largement dominé. Cette formation italienne fait parfois de la peine, mais le plus difficile, c’est que personne ne voit des secteurs d’amélioration pour ces Transalpins.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Vincent FRANCO
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?