Top 14 - Brive a fait tourner les têtes contre l'ASM

  • Axel Muller et ses compères de la ligne de trois-quarts briviste ont dynamité la rencontre.
    Axel Muller et ses compères de la ligne de trois-quarts briviste ont dynamité la rencontre. Icon Sport
Publié le

Le CAB a réussi un match magnifique, fait de longues séquences offensives. Un coup à attraper aussi bien le tournis que des crampes.

Par quel bout prendre ce match si passionnant ? À ce dernier ballon offert par Hervé à son capitaine Saïd Hirèche pour dégager en touche ? À la façon paternaliste dont il s’est occupé du jeune pilier Wesley Tapueluelu, gaucher obligé de dépanner à droite dans les vingt dernières minutes quand il fallait tenir, coûte que coûte ?

Ou plus généralement, à la beauté de certaines séquences ? Certaines ont duré près de trois minutes avec des ballons qui passaient d’une équipe à l’autre. À cette chistera après contact géniale de Enzo Hervé pour Axel Muller qui généra indirectement le troisième essai.

À cet essai de Joris Jurand, merveille de limpidité, avec une percée de Guillaume Galletier qui nous a narrés l’action sur rugbyrama.fr. Le centre formé à Montpellier s’est retrouvé face à un poids lourd, le pilier droit Christian Ojovan, il a su détaler dans l’espace comme la situation l’exigeait.

Énorme Joris Jurand

L’image s’est figée comme un symbole de ce match épuisant où cinq trois-quarts Bivistes sur sept qui ont fini perclus de crampes, saoulés de courses avec et sans ballon. Les martyrs de la victoire ont accepté la douleur en serrant les dents, le succès dans le derby était à ce prix, le maintien aussi.

« On devait aller chercher ce match, si on avait joué petit bras, on ne serait pas passé », poursuivait Jeremy Davidson, manager comblé quand on lui demanda ce qu’il avait dit à ses troupes à la pause. Il évoqua aussi « des moments fabuleux en attaque où on a cassé les lignes et ou on a joué debout. Un sacré volume de jeu. »

Brive a aussi défendu avec héroïsme quand il l’a fallu. Les acteurs ont insisté là-dessus, mais on a envie de dire que dans un derby, c’est la moindre des choses. Pour nous Brive s’est surtout imposé dans cette capacité à donner le tournis à l’adversaire avec ces deux Fidjiens qui joueraient dans bien des grands clubs ou Joris Jurand, ancien joueur de série (Noves, Plan d'Orgon, réserve de Châteaurenard) qui sur sa performance de samedi, pouvait regarder un Matsushima droit dans les yeux.

Pour lui d’ailleurs, beaucoup de choses passent par la physionomie : « Mis à part les dix premières minutes, j’ai vu dans nos regards quelque chose que je n’avais pas vu depuis longtemps, de la sérénité. À la mi-temps on a senti que rien ne pouvait nous arriver. Offensivement, on a fait ce qu’on a pu, on a peut-être profité des erreurs défensives de Clermont, je ne sais pas. » Sa modestie l’honore, d’autres défenses auraient pris l’eau face à la cavalerie du CAB.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?