Delord, place au futur

  • Oscar Espoir Jean-Nicolas Baylet, Directeur Général du Groupe La Dépêche du Midi remet l’Oscar Espoir à Quentin Delord. Une récompense bien méritée.
    Oscar Espoir Jean-Nicolas Baylet, Directeur Général du Groupe La Dépêche du Midi remet l’Oscar Espoir à Quentin Delord. Une récompense bien méritée. Midi Olympique - Patrick Derewiany - Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Quentin Delord - Demi de mêlée de Montauban - Alors qu’il a connu un début de carrière difficile, avec peu de temps de jeu, Quentin Delord a retrouvé des couleurs à l’usm. C’est tout naturellement qu’il est oscarisé.

Sur la scène de l’espace Valorem, Quentin Delord a suivi l’exemple de son aîné, Dimitri Vaotoa, en se montrant tout timide au moment de recevoir l’Oscar Espoir Midi Olympique, par le Directeur Général du Groupe La Dépêche du Midi, Jean-Nicolas Baylet. Lui, qui d’habitude est si entreprenant et culotté sur le terrain, montrait une autre facette de lui. « C’est toujours sympa de recevoir une récompense, d’être reconnu. Après moi, j’aime bien rester un peu dans l’ombre, on a vu que je n’étais pas très à l’aise », reconnaissait-il. Le demi de mêlée méritait bien une récompense pourtant, pour sa gigantesque progression depuis son arrivée à Montauban l’été dernier. Malgré un début de carrière plus que prometteur, avec notamment un titre de champion du monde U20 avec les Gros, Carbonel, Coly, Vincent ou Lebel, Delord n’a jamais réussi à s’imposer en Top 14. « À Lyon, j’étais jeune donc c’était forcément compliqué d’exploser dans un groupe qui jouait les phases finales en Top 14, détaille l’intéressé. À Brive, j’ai manqué de temps de jeu, j’aurais voulu en avoir plus. Mais cette année, même s’il y a des choses qui ont fait que j’ai beaucoup de temps de jeu, je suis très content. »

« Un club avec une histoire »

C’est vrai que depuis qu’il joue avec le maillot vert et noir, le rythme de Quentin Delord a bien changé. Cette saison, il s’est imposé comme le demi de mêlée titulaire, profitant c’est vrai des blessures à son poste, mais se montrant toujours performant. La preuve : malgré les recrutements de Niko Matawalu et de Louis Druart, il reste en tête de la hiérarchie. Matawalu a même joué ses premiers matchs ailier pour permettre à Delord de disputer l’intégralité des rencontres. « J’ai eu le déclic de devoir se surpasser. Dès le premier match de la saison, je n’avais pas le choix, je devais directement être à la hauteur des attentes du staff et de mes coéquipiers », lançait le joueur de 22 ans. Aujourd’hui représentant du futur de Montauban, le gaucher sait qu’il défend les couleurs d’un blason historique. Il explique : « On sent vraiment que c’est un club avec une histoire. Il y a beaucoup de partenaires, de supporters, de personnes qui suivent et donnent beaucoup pour le club. Ça nous donne envie de donner beaucoup sur le terrain pour rendre tout ce qu’ils nous donnent. » Et quoi de mieux comme récompense que d’amener le club en phase finale en fin de saison ? Si c’est le cas, Delord aura bien entendu sa part de mérite. 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Yanis GUILLOU
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?