Guasch : « J’ai été refroidi dès le premier jour »

  • Bernard Guasch a forcément été déçu de la première sortie des Dragons Catalans sur la pelouse de Saint-Helens.
    Bernard Guasch a forcément été déçu de la première sortie des Dragons Catalans sur la pelouse de Saint-Helens. - Photo : Michel Clementz
Publié le

Il entame sa dix-septième saison en Super League à la tête de son club. À l’origine de la fusion entre le XIII Catalan et Saint-Estève en 2000, Bernard Guasch est le guide du XIII depuis 22 ans.

Quelles sont vos ambitions sportives ?

Ce samedi ou jeudi matin ? Parce qu’en revenant de St-Helens (défaite 28-8), j’ai compris plusieurs choses. Je veux bien que la tradition fasse que l’on rejoue la finale pour lancer la saison, je le conçois, mais que l’on retrouve le même arbitre, j’ai compris le message et dans quel état d’esprit ils sont. Après les erreurs de la finale, c’est le même qui a arbitré jeudi et j’ai su très vite que l’on serait attendu.

C’est quand même logique que vous soyez attendus partout cette saison après votre première place en 2021 ?

Oui et St-Helens avait minutieusement préparé notre venue et il a fallu répondre dans la pression, la tension et l’agressivité. Sauf qu’encore une fois c’était injouable, puisqu’ils ont joué hors jeu tout le temps. Notre pilier Gil Dudson se fait agresser sur son premier ballon dès l’engagement et il prend un jaune. Dylan Napa a mis la même agressivité que St-Helens, sauf qu’il prend rouge.

Vous revoyez donc vos ambitions à la baisse depuis jeudi soir ?

J’ai toujours beaucoup d’ambition pour cette équipe, mais on a perdu trois piliers avec deux joueurs qui risquent la suspension et un pilier (Bousquet) qui a peut-être le bras cassé. J’y croyais beaucoup et où j’ai été refroidi dès le premier jour. À chaque fois qu’il y a une décision litigieuse, elle bascule toujours du mauvais côté.

Votre équipe n’a-t-elle pas été trop agressive ?

Non, soit on se couche sous leur agressivité et on en prend cinquante, soit on répond. On l’a fait et on l’a payé le prix fort. La saison va être terrible, nous sommes attendus, c’est normal, mais je demande que l’on ne soit pas les seuls à être surveillés de la sorte. Peut-être que nos entraîneurs sont trop corrects à ne jamais critiquer le corps arbitral et à ne pas apprendre à tricher à leurs joueurs.

En coulisses, comment se présente cette saison 2022 ?

Heureusement, très bien et je félicite l’équipe commerciale de Christophe Levy qui a réalisé un travail remarquable. Les retombées de notre fin de saison sont là, les partenaires ont été séduits par l’exposition médiatique qui a été la nôtre au mois de septembre et octobre dernier.

Et ça se concrétise par une augmentation des partenariats ?

Oui, on va atteindre pour la première fois et même dépasser les 5 millions d’euros de partenariats privés. Nous étions à quatre millions les saisons passées et nous avons fait ce chiffre record avec des partenaires des Pyrénées-Orientales. Vous savez, quand on a la confiance des gros partenaires maillot comme Zodiac, signé il y a quelques mois, Tressol Chabrier, Groupama… Cette année, nous dépassons les 400 partenaires privés. À chaque match à Brutus, nous servons 1 100 repas. Le problème reste la configuration de notre stade Gilbert-Brutus qui ne nous permet pas de passer à un niveau supérieur. Nous avons besoin de loges privées et d’une grande loge panoramique supplémentaire pour maintenir notre croissance et passer à un étage supérieur.

Le budget de 2022 sera donc à la hausse ?

On va donc atteindre un budget de 12 à 13 millions d’euros. Mais le chiffre définitif dépend des bonus distribués par le RFL selon le classement final en fin de saison. C’est là aussi un budget record, en hausse d’un gros million d’euros.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Bruno ONTENIENTE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?