Oyonnax repart du bon pied

  • Les Oyomen du troisième ligne Loïc Credoz ont su être très réalistes pour s’imposer face à Vannes. Photo Jean-François Basset
    Les Oyomen du troisième ligne Loïc Credoz ont su être très réalistes pour s’imposer face à Vannes. Photo Jean-François Basset
Publié le

En s’appuyant sur leur défense, leur discipline et l’efficacité de leur buteur, les Oyomen ont renoué avec la victoire.

Après une série de dix victoires, stoppée à Colomiers, la réaction des Oyomen était attendue. Et même si tout n’a pas été parfait, celle proposée face à Vannes semble convenir à Joe El Abd. "La tâche n’était pas facile, notre match n’a pas été excellent, en revanche il est encourageant. Il nous a permis de renouer avec la victoire après la grosse déception laissée par notre voyage à Colomiers et il constitue une excellente préparation à notre prochaine confrontation avec Mont-de-Marsan".

Des satisfactions dégagées du duel avec les Bretons, le patron des Oyomen en retient une plus particulièrement : "Nous pouvons être fiers de notre discipline. C’est un point sur lequel nous travaillons beaucoup." Cette capacité à maîtriser le niveau d’engagement, les Bretons ne l’ont pas forcément eu, offrant à Jules Soulan, auteur d’un sans-faute, la possibilité de faire évoluer la marque au fil des pénalités. Dans la logique d’exigence qui le guide depuis le début de saison, Joe El Abd n’hésite pourtant pas à pointer quelques regrets : "La qualité de notre défense est aussi un atout. Elle nous a permis de tenir en fin de match alors que nous jouions sur notre ligne. Mais nous avons néanmoins encaissé un essai. Nous savons très bien pourquoi et nous aurions pu l’éviter en faisant ce qui s’imposait à ce moment-là. Il y a aussi des opportunités de marquer que nous n’avons pas saisies, en raison de petites fautes, de détails…"

Cap sur les Landes

Les Oyomen partagent pleinement la vision de leur mentor à commencer par le troisième ligne Loïc Credoz qui, dans le final, arracha des mains bretonnes un ballon chaud près de sa ligne : "Toutes les équipes cherchent à nous déstabiliser mais depuis le début de saison nous pouvons nous appuyer sur une grosse défense. Cela fait trois ans que nous travaillons dessus en nous appliquant à chaque fois à gommer nos petites erreurs." De cette expérience et de ce travail est née une forme de maîtrise que l’arrière Aurélien Callandret résume d’un constat : "Dans les moments difficiles personne ne perd son sang-froid."

La preuve en a été encore apportée face à des Bretons qui n’ont pas ménagé leurs efforts pour tenter de faire plier une équipe de l’Ain repartie du bon pied à un moment crucial de la saison, comme le souligne Aurélien Callandret : "Ce match nous a permis de bien lancer un bloc qui sera décisif. Désormais, et jusqu’à la fin de la saison, nous n’aurons plus de marge." Le bloc lancé par la victoire face à Vannes s’achèvera par un déplacement à Bayonne, avec entre les deux rendez-vous, deux voyages consécutifs à Mont-de-Marsan et Montauban et la réception de Rouen. "Dans les têtes nous sommes déjà dans les Landes", assure l’arrière oyonnaxien.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jean-Pierre DUNAND
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?