Top 14 - Eben Etzebeth, un retour rugissant à Toulon !

  • Maillot déchiré après un intense combat, Eben Etzebeth a réussi son retour sous le maillot toulonnais.
    Maillot déchiré après un intense combat, Eben Etzebeth a réussi son retour sous le maillot toulonnais. Icon Sport
Publié le

Pour sa première en Top 14 de la saison, le champion du monde a montré toute l’étendue de son talent. Etzebeth a rassuré la rade et se montre déjà indispensable.

Tel un gladiateur dans l’arène, le Sud-Africain a fini avec l’armure éventrée. À la sirène, Etzebeth a vu son maillot malmené au cours d’une empoignade avec Maynadier. Dans le jeu, la deuxième ligne a été intouchable face au leader bordelo-béglais, tombé les armes à la main à Mayol (21-18).

Actif autour des mêlées spontanées, poison pour l’alignement des visiteurs en touche, souverain sur les ballons hauts, le natif du Cap s’est rappelé au bon souvenir du RC toulonnais (13e) et de Mayol. Qualifié « de handicap pour le club » par son président, qui grinçait devant ses nombreuses absences (blessures et sélection), Eben Etzebeth a remis les pendules à l’heure.

Non, il n’est pas venu jouir du soleil, sous les palmiers, en attendant de porter la tunique verte. Son retour aux affaires a été préparé avec minutie : « À l’entraînement, il a haussé le ton sur le volume, la façon de s’entraîner et l’agressivité, a expliqué Azéma. Il a boosté le groupe. » Ce n’était pas une chose aisée pour un RCT proche de la sinistrose.

Peu enclin à mettre en avant une individualité, le posé Franck Azéma a fait exception à la règle pour saluer la partition du Springbok : « C’est impressionnant, il a la vitesse d’un arrière dans le corps d’un avant. Il met une pression sur les jeux au pied grâce à ses chasses sur les receveurs. Il est allé récupérer des ballons en l’air." Une de ses déviations a été décisive menant, plusieurs actions plus loin, Isa à l’essai : « C’est là où l’on voit la différence sur les joueurs internationaux… Ils prennent leurs responsabilités ! »

Le manager du RCT n’était pas le seul sous le charme du longiligne et puissant guerrier (2,03 m, 125 kg) : « Eben, c’est Eben… c’est le meilleur deuxième ligne au monde, a salué Lakafia. Il apporte sa présence et ce qu’il peut dégager autour de lui. C’est un honneur de jouer avec des mecs comme ça. »

Un véritable athlète

Privé de match depuis le 20 novembre dernier, l’ex-élément des Stormers a tenu la distance physiquement. Là, encore, ce n’était pas une surprise pour l’ex-manager de l’ASM : « Il se connaît bien. C’est un véritable athlète. Il est capable de maîtriser son cardio. Avant le match, spontanément, il est venu me dire qu’il était prêt à démarrer. Il avait envie de participer à la vie du groupe et d’apporter ses qualités. »

Dans les couloirs de Mayol, l’intéressé arborait un sourire communicatif : « C’est toujours agréable d’obtenir une bonne victoire. C’est si bon d’être de retour avec les gars sur la pelouse. Ça faisait un long moment que je n’avais pas joué avec les mecs, avec Toulon, alors… j’ai juste apprécié de jouer à nouveau au rugby ! »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Mathias MERLO
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?