Toulouse, le cœur n’a pas suffi

  • Adrien Lapègue (Stade français) est stoppé par Maxime Médard et Nelson Epee (Toulouse)
    Adrien Lapègue (Stade français) est stoppé par Maxime Médard et Nelson Epee (Toulouse) Icon Sport
Publié le

Défaits pour la cinquième fois d’affilée en Top 14 avec une équipe extrêmement remaniée et rajeunie, les Stadistes ont pourtant eu la réaction d’orgueil attendue.

C’est assez simple : ce Stade toulousain manque un peu de tout. De confiance, de rythme, de talents (en cette période internationale), de maîtrise et de réussite. Et, il faut le reconnaître, il manque aussi de ce coup de pouce du destin (ou des instances d’ailleurs). Imaginez qu’avant même d’être reporté le matin même du match, ce duel aurait dû avoir lieu le 26 décembre dernier quand le champion de France et d’Europe était au complet, au moment où il avait prévu d’être au sommet.

Entre la composition annoncée pour ce jour-là et celle de vendredi, il y avait quatorze changements dans le XV de départ… Dix Bleus étant concernés par la réception de l’Irlande. Et dire qu’avec les protocoles enfin actualisés de la LNR, Toulouse aurait joué contre Paris puis face à Montpellier avec toutes ses armes, plutôt que d’ajouter deux énièmes doublons quand le club avait besoin de tout, sauf de ça.

« La semaine dernière, j’ai dit qu’il fallait arrêter de se victimiser, ce n’est pas pour en refaire des caisses, avoue Ugo Mola. Le championnat, nous le savons tous, est faussé nous concernant. […] Vous connaissez le contexte, vous connaissez notre programme. Nous allons chercher toute l’énergie que nous pouvons autour de nous. »

Touché par à peu près tout ce qui pouvait l’amoindrir, cet effectif était en quête d’un second souffle. Et d’une réaction d’orgueil après voir été humilié à Perpignan.

Mola : « J’ai bon espoir »

Au Stadium, les Rouge et Noir se sont révoltés avec leurs moyens. Ils y ont mis de l’envie, de l’enthousiasme et de la bonne volonté. Jusqu’à mener de onze points à la pause. Ces ressources n’étaient pas suffisantes et il aurait fallu plus de justesse sur la fin, avec un essai tout fait envolé ou deux « bourdes » d’Holmes (un 50:22 concédé et une transformation ratée).

« Je suis fier d’avoir huit gamins, présents en juin en finale du championnat Espoirs, sur la feuille de match aujourd’hui, reprend Mola. Sept gamins du XXIe siècle, onze gamins de moins de 21 ou 22 ans. Il y a des satisfactions. […] Nous n’allons pas lâcher. Nous allons nous accrocher et j’ai bon espoir, sur ce que j’ai pu voir sur l’état d’esprit de mes jeunes mecs et de ce groupe-là. » 

Les Toulousains ont enchaîné un cinquième revers en Top 14, qui reste inquiétant. Mais, si ce n’est pas suffisant, ils ont au moins commencé à relever la tête.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?