Top 14 - Rodrigue Neti : « Nous n’allons pas nous victimiser et nous allons relever la tête »

  • Le pilier Toulousain Rodrigue Neti.
    Le pilier Toulousain Rodrigue Neti. Icon Sport
Publié le , mis à jour

Si le champion en titre a enregistré une cinquième défaite d’affilée en Top 14, Rodrigue Neti veut retenir le visage affiché par une équipe très rajeunie pour continuer à avancer.

Quel fut le sentiment dans le vestiaire après cette nouvelle défaite à domicile ? 
(Il hésite) Sincèrement, il était plutôt partagé. D’abord parce que le résultat final du match n’était évidemment pas celui que nous attendions.

Pourquoi dites-vous qu’il était partagé ?

Parce que, d’un autre côté, il y avait aussi un certain sentiment de fierté qui régnait. Beaucoup de jeunes étaient alignés sur la feuille de match, dont une majorité de notre banc de touche.Huit d’entre eux disputaient une finale du championnat de France espoirs en fin de saison dernière, il y a seulement quelques mois. Certes, cela ne s’est pas terminé comme nous l’espérions mais plusieurs ont fait leurs débuts avec nous et ont répondu présent.Je répète qu’il y a de quoi être fier.

Quel fut d’ailleurs le message du staff après la rencontre ?

Les coachs ont parlé et leurs mots, c’est le discours que je suis en train de vous livrer. Il faut rester sur nos gardes, évidemment, mais aller de l’avant désormais. Nous devons bosser, bosser, bosser… C’est ainsi que ça va payer. Il faut montrer la voie à toute cette jeunesse, aux joueurs de notre formation. Les victoires reviendront comme ça.

Comment expliquez-vous que l’équipe parisienne ait mieux fini la rencontre ? L’explication est-elle d’ordre physique ?

Oui, peut-être.Mais je pense surtout que les Parisiens avaient ciblé cette fin de match.Ils ont forcément regardé notre prestation de la semaine précédente à Perpignan et ils savaient que notre banc de touche serait encore très jeune. Leur objectif était forcément de mettre une grosse équipe sur le terrain en deuxième mi-temps, face à nos mecs un peu inexpérimentés. Cela a fonctionné pour eux.

Y a-t-il eu un tournant dans cette deuxième mi-temps ?

Oui, nos adversaires ont pris le dessus petit à petit et se sont créé des occasions en touche et sur les ballons portés. C’est un domaine sur lequel il faut se concentrer dans les jours à venir pour encore s’améliorer.

Votre manager Ugo Mola n’a pas caché une part d’inquiétude, même si le contenu était bien meilleur qu’à Perpignan. Est-ce aussi le cas dans le groupe ?

Là encore, je vais vous dire que je suis un peu partagé après cette nouvelle défaite. Ce que je sais, c’est que nous n’allons pas nous victimiser.Maintenant, nous allons relever la tête parce qu’un déplacement important nous attend à Pau le week-end prochain. Ce sera difficile d’aller chercher quelque chose en Béarn, c’est évident. Mais nous n’avons pas d’autre choix que d’être à la hauteur de ce défi.

Mais c’est le cinquième revers d’affilée en Top 14 et vous pointez désormais, avec un match en retard, à la sixième place du classement, alors que les internationaux sont encore absents pour plus d’un mois…

Franchement, nous essayons de mettre l’inquiétude de côté. Il faut toujours tirer le positif dans ces moments durs. Nous savons perdre, cela nous arrive beaucoup actuellement. Mais nous savons gagner aussi. Ce n’est pas maintenant que nous devons laisser trop d’inquiétude entrer dans le vestiaire. Notre seule ambition est de relever la tête.La fierté d’avoir partagé du temps de jeu avec autant de jeunes contre le Stade français doit nous aider. Nous sommes là pour continuer à les emmener au plus haut.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?