Barnard Goutta : « Nous sommes programmés pour sauver le club »

  • Cinq matchs que le Catalan es tà la tête du SUA pour un nul, trois victoires et une défaite
    Cinq matchs que le Catalan es tà la tête du SUA pour un nul, trois victoires et une défaite Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Cinq matchs que le Catalan es tà la tête du SUA pour un nul, trois victoires et une défaite. Mais malgré ces quinze points récoltés, pas question de viser autre chose que le maintien.

Que pouvez-vous nous dire sur ce groupe que vous avez découvert il y a un mois et demi ?

C’est un super groupe, avec de bons mecs. Et surtout, ce sont des passionnés. J’ai trouvé des mecs avec un gros potentiel. Il y a un équilibre à trouver sur toutes les lignes entre jeunesse et expérience. Le staff, dans son ensemble, m’a vraiment bien accueilli. Je suis vraiment content de tout le monde mais nous ne devons pas relâcher l’effort.

Comment avez-vous vécu cette intégration express ?

Je suis arrivé dans des conditions difficiles puisque les joueurs étaient en vacances. Je les ai donc découverts le dimanche avant le match contre Bayonne du jeudi soir. Nous avons passé très peu de temps ensemble. Donc, ce que je voulais avant tout, c’était que les joueurs se présentent à moi et qu’ils gagnent le respect. Le caractère avant tout. Il y en a eu. Après au départ, j’ai fait une phase d’observation et j’ai modifié quelques éléments identifiés.

Vous attendiez-vous à une telle évolution en si peu de matchs de la part de vos joueurs ?

Je leur ai dit qu’on peut avoir du déchet dans le jeu ou passer à côté d’un match. Mais on ne peut pas passer à côté du combat. Ça, c’est l’état d’esprit, ce n’est pas négociable et c’est facile à faire. Ensuite, il a fallu faire prendre conscience que nous avons un jeu à mettre en place. Notre salut passera par celui-ci. On le voit : toutes les équipes qui jouent le maintien produisent du beau jeu.

Mentalement, qu’est-ce qui a changé en si peu de temps dans cette équipe ?

La confiance. Comme je leur ai dit, on a un bon groupe, de bons joueurs. On a une histoire et un héritage à défendre. Quand tu allies la discipline avec les bases de notre sport, tu gagnes de la confiance. C’est ça qui a changé. Le talent, ils l’avaient.

Un moment a marqué le capitaine Farré : lorsque vous avez dit à vous joueurs que vous êtes une famille. Est-ce que c’est ce sentiment d’unité que vous souhaitez inculquer à votre groupe ?

Bien sûr. C’est important de bien vivre ensemble et d’aller tous les matins au boulot avec la banane. C’est important aussi de s’aimer. Si tu t’aimes en dehors du terrain, tu t’aimeras sur le terrain. Surtout, quand ils auront des moments difficiles, ils auront cette famille pour se relever et se soutenir.

Cette double confrontation à domicile contre Vannes et Grenoble, était-elle un tournant en vue de la fin de saison ?

Il était très important de sortir de la zone rouge. Ce que je voulais lors de ces matchs, c’est qu’Agen soit perçu différemment et qu’Agen gagne le respect. Je voulais aussi redonner du plaisir à nos supporters et de la fierté à nos anciens. Il fallait s’éloigner un peu de cette zone pour gagner en confiance et tenter encore davantage.

Un nouveau gros match se profile contre Bourg-en-Bresse…

Quand tu joues le maintien et que tu enchaînes les performances, tu n’as pas le droit de te relâcher. Tu dois vite basculer. Chaque fois, ce sera ainsi jusqu’à la fin. On doit se préparer à livrer notre meilleur combat et notre meilleur rugby, comme chaque semaine.

Le SUA peut-il viser mieux que le maintien désormais ?

Non, ça reste fragile. Nous, ce que nous voulons, c’est nous maintenir et sauver le club. C’est notre mission. Nous sommes programmés pour ça, j’ai l’impression. Les joueurs et mon staff sont programmés pour sauver le club. Il faut grappiller des points partout. Et ce tout en construisant une équipe pour l’avenir.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Mathieu Vich
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?