PRO D2 - Bourg-en-Bresse : Robin Graulle a faim de jeu

  • Fraîchement arrivé à Bourg-en-Bresse, Robin Graulle est déjà comme un poisson dans l’eau. Photo Stéphanie Biscaye
    Fraîchement arrivé à Bourg-en-Bresse, Robin Graulle est déjà comme un poisson dans l’eau. Photo Stéphanie Biscaye
Publié le

Barré par une forte concurrence à colomiers, le jeune demi de mêlee Robin Graulle a saisi l’opportunité de rejoindre la bresse comme joker médical. avec l’envie de prouver.

Bourg-en-Bresse lui donne sa chance, Robin Graulle est bien décidé à la saisir. Après une demi-saison à regarder d’autres jouer du côté de Colomiers, le voici lancé dans le grand bain burgien. Arrivé il y a quinze jours, entré à Carcassonne vendredi dernier, il devrait fêter sa première titularisation sous le maillot violet face à Agen. Son entrée en jeu a été prometteuse : vif dans les petits espaces et collant au ballon, Robin Graulle (1,73 m, 78 kg) a aussi répondu présent en défense, assénant un gros plaquage à Tui au bout de trois minutes, puis réalisant un stop sur Dulon devant son en-but, à l’heure de jeu. "J’aime le duel. Défensivement, le contact me plaît. Et le jeu également. En fait, j’aime un peu tout dans le rugby", martèle-t-il. "Je connais ses qualités, il va nous amener beaucoup de dynamisme et un peu de folie, présentait, il y a quelques jours, le manager Fabrice Estebanez. J’avais suivi Robin pour les moins de 20 ans. Il aurait dû participer à un rassemblement sans une blessure à une cheville".

Alors qu’il avait un œil sur lui en vue de la saison prochaine, le manager bressan a fait appel à Robin Graulle comme joker médical de Titouan Guilon (genou). "C’était une opportunité à saisir, pour avoir du temps de jeu, souligne le jeune homme. Ce dont je manquais à Colomiers (deux matchs, N.D.L.R.). Je suis venu ici pour enchaîner, prendre de l’expérience et aider le club à se maintenir." Frustré, il affiche une énorme faim de jeu. Pour combler celle-ci, il n’a pas hésité à traverser la France et quitter son cocon de toujours.

Un prêt qui tombe à pic

Originaire de Toulouse, le n° 9 a continuellement joué à Colomiers, depuis ses 4 ans. Fils de Thierry - un ancien joueur, Robin Graulle a vécu une enfance entre la Haute-Garonne, donc, et l’Aude, dans un petit village de montagne nommé Comus. Hyperactif, il pratique aussi, un temps, judo et natation. Sous le maillot columérin, il suit une progression linéaire. "J’ai gravi les échelons normalement, sans être surclassé, rappelle-t-il. Lorsque j’ai débuté en espoirs, on ne comptait pas forcément sur moi pour évoluer avec les pros. Sur la deuxième saison, j’étais quatrième à mon poste donc, a priori, je ne devais pas trop jouer mais Eduardo Gori et Ugo Seguela ont été absents. J’avais eu ma chance contre Perpignan puis sur quelques matchs." Cette saison, en revanche, il doit ronger son frein. Ce prêt tombe à pic. "Rugbystiquement, même si les projets de jeu sont un peu différents, je m’y suis vite retrouvé, reprend-il. En entrant contre Carcassonne, je me suis fait plaisir. J’ai trouvé que l’équipe avait de grosses capacités pour jouer." Sur les premiers entraînements, il affiche une lecture de jeu intéressante. Et une marge de progression en termes de gestion du jeu.

En débarquant, Robin Graulle ne savait pas trop où il mettait les pieds. "Honnêtement, je ne connaissais pas grand-chose de Bourg-en-Bresse, confie-t-il. J’ai été surpris des infrastructures, le centre d’entraînement est super, le terrain honneur est un hybride, c’est ce qu’il se fait de mieux maintenant." Après la pelouse de Verchère, Robin Graulle devrait apprécier ses supporters. "J’ai déjà vu le public car je suis arrivé le jour du match face à Aurillac, lance l’ancien Columérin. Un jeudi, il y avait du monde et on sent que le stade soutient énormément. Je l’ai un peu ressenti et je vais le ressentir encore plus ce vendredi. J’aime être poussé, avec une adrénaline qui porte. C’est le match des 120 ans du club donc c’est très attendu. Et Agen remonte très fort. Cela va être un très beau match, j’ai hâte. " Une impatience partagée avec les supporters bressans.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Julien VEYRE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?