Pierre Mignoni, la caution toulonnaise

  • À l’intersaison, le manager du LOU rejoindra le RC Toulon jusqu’en 2026.
    À l’intersaison, le manager du LOU rejoindra le RC Toulon jusqu’en 2026. PA Images / Icon Sport - PA Images / Icon Sport
Publié le

À l’intersaison, le manager du LOU rejoindra le RC Toulon jusqu’en 2026. Il formera un tandem de haut vol avec Franck Azéma, prolongé lui aussi de quatre saisons, qui soulève autant d’excitation que de questions.

Sur la Rade, un Toulonnais de perdu, avec Louis Carbonel, mais un de retrouvé, avec Pierre Mignoni. En dissociant les dossiers, et sans bien le vouloir, Bernard Lemaître a allumé un contre-feu. Face à une « opportunité incroyable», le propriétaire du club varois a ouvert un nouveau chapitre avec « Pierrot », futur directeur du rugby, et Azéma, manager sportif. Un attelage cinq étoiles voulu sur du long terme : « C’est une synergie. Un plus un ça fera trois, a schématisé Lemaître. C’est une démultiplication des moyens. C’est une plus-value pour le projet de la formation jusqu’à l’équipe première. » La même idée lui avait effleuré l’esprit sous Patrice Collazo.

Un fonctionnement à définir

Concernant le profil de Mignoni, Franck Azéma s’est montré disert. « Je suis persuadé qu’on peut faire du bon boulot. Il est stimulant. On va se nourrir de nos compétences et de nos différences. C’est précurseur en France. » Arrivé en octobre, l’intéressé, adoubé en interne, s’apprête à s’inscrire dans la durée sur les bords de la Méditerranée à côté de deux locaux : « Je vois ça d’un très bon œil. » Laurent Emmanuelli, qui cristallise des tensions aux abords de Mayol, conserve son rôle de directeur sportif.

Sous les palmiers, le revenant Mignoni ne troque pas le jogging pour le costard-cravate : « On a envie d’être sur le terrain, a confirmé Azéma. On va le faire. On vous expliquera nos missions, et notre projet plus tard. » Auprès des présidents de groupe, « Pierrot » a émis son souhait de les rencontrer en juin prochain. En attendant, il a appelé au calme se voulant rassurant sur l’avenir des Rouge et Noir. Grâce ses succès (trois Coupes d’Europe, et un Brennus), sa parole est d’évangile et elle est écoutée. La grogne s’est estompée.

Avec à sa tête deux numéros un, « un choix innovant » dixit Lemaître, plusieurs éléments gravitant au sein de l’institution RCT craignent une future bataille de coqs. « On ne se lance pas comme ça à l’aveugle, a rassuré Azéma. On aura beaucoup de réunions pour que la collaboration soit fluide. Il faut de clarté dans les missions de chacun. » Le président est lui confiant de son coup stratégique : « Avec ce duo, on dote Toulon d’une chance supplémentaire. Pour Pierre, on attend sa passion, ses compétences et… sa ‘toulonnitude’ ! » Il faudra au moins cette qualité pour ramener de la sérénité sur la Rade.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Mathias Merlo
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?