PRO D2 - Grenoble : Capuozzo, le saut de l’Ange

  • L’arrière Ange Capuozzo est de retour cette semaine à Grenoble pour un match capital face à Aurillac. Photo Icon Sport
    L’arrière Ange Capuozzo est de retour cette semaine à Grenoble pour un match capital face à Aurillac. Photo Icon Sport
Publié le

Vint-quatrième homme avec l’Italie à deux reprises en début de Tournoi, l’arrière isérois espère pouvoir repartir en quête de sa première cape internationale le cœur léger, en réussissant son intermède express en club.

C’est peu dire que les émotions s’entrechoquent en ce moment chez Ange Capuozzo. Parce que ce dernier est en pleine réflexion au sujet de son avenir, d’abord, qui doit s’écrire très vite dans une des plus grosses écuries du Top 14. Mais surtout parce qu’alors qu’il se retrouve pleinement intégré au groupe italien pour réaliser son rêve de gosse de disputer le Tournoi des 6 Nations, le jeune arrière se retrouve tiraillé par la situation critique de son club, en pleine lutte pour le maintien en Pro D2…

"C’est la première fois de ma carrière que je me retrouve dans ce genre de situation mais j’ai déjà vu, autour de moi, suffisamment de gars gérer des situations similaires pour ne pas la subir. Je me dis qu’après tout, ce sont de bons problèmes à régler, ça m’aide à ne pas me polluer l’esprit." De quoi profiter, au final, de l’expérience extraordinaire vécue ces quinze derniers jours. "Je n’ai pas été sur les deux premières feuilles de match mais je suis déjà très content de mon expérience puisque j’ai été très bien intégré au groupe. Au Stade de France, contre les Bleus, ou à Rome, contre l’Angleterre, j’étais à chaque fois vingt-quatrième, donc parfaitement intégré au groupe, impliqué à l’entraînement, missionné sur le travail d’analyse vidéo… Tout ça permet de mettre le pied à l’étrier et de s’imprégner de l’atmosphère du Tournoi, en attendant, je l’espère, de bientôt connaître la joie d’entrer sur le terrain. C’était une super expérience mais quand on vit un moment agréable pendant que les copains de club galèrent, c’est perturbant. Jeudi dernier, j’ai regardé le match contre Agen sur mon ordinateur, à l’hôtel… Quand on est blessé et que les copains perdent, on ressent déjà un peu de culpabilité. Alors, là…"

"Heureux d’être à la disposition du FCG ce week-end"

De fait ? C’est dans une situation des plus bancales qu’Ange Capuozzo doit négocier son retour express en club, avec la volonté farouche d’aider son club dans son opération survie mais aussi la légitime volonté de pouvoir défendre ses chances dans l’optique d’une première cape internationale… "Le rugby est un sport archi-traumatisant, alors si on commence à entrer sur un terrain avec la peur de faire mal, ce n’est pas la peine, élude Capuozzo. Souvent, c’est quand on est dans cet état d’esprit qu’on se blesse mais ce n’est pas du tout mon cas. Au contraire, je suis très heureux d’être à la disposition du FCG ce week-end, pour aider l’équipe à surmonter cette mauvaise passe et repartir le cœur léger pour la suite du Tournoi. Comme le groupe a connu beaucoup de pressions et de déceptions, mon rôle consiste à apporter de la fraîcheur, de la gaîté, un souffle positif pour essayer de booster tout le monde."

Un défi qui semble taillé sur mesure pour l’Ange gardien du FCG, dont les supporters espèrent que le petit saut entre deux matchs du Tournoi permettra d’enfin conjurer le mauvais sort au stade des Alpes.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?