TOP 14 - Biarritz : à Paris, Vergnaud aura sa chance

  • François Vergnaud, centre (Biarritz).
    François Vergnaud, centre (Biarritz). Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Peu utilisé cette année, le centre devrait démarrer la rencontre face à Paris samedi.

Si le Biarritz olympique s’est imposé il y a douze jours face au Stade rochelais, se redonnant espoir dans la course au maintien, il a en revanche perdu Francis Saili (touché à la cheville) pour quelques semaines. Une tuile pour le club basque, quand on sait que le All Black est la plaque tournante de son équipe. Une opportunité pour François Vergnaud.

Peu utilisé en Top 14 (quatre matchs, deux titularisations), le Poitevin devrait démarrer la rencontre à Jean-Bouin, avec le numéro 12 dans le dos. Jusque-là, l’ancien Albigeois n’avait commencé que des matchs à l’extérieur, pendant lesquels le club basque avait procédé à une large revue d’effectif. Ce ne sera pas le cas ce week-end. "Ça fait un petit moment que je n’ai pas joué en Top 14, donc je voudrais montrer ce que je sais faire. J’ai envie d’amener ma vitesse et ma compétitivité dans le groupe", annonce-t-il.

Verrouiller le milieu du terrain

Face à Paris, où il devrait être associé à Tevita Kuridrani ou Vincent Martin, un beau challenge attend le jeune homme. "Sur ce match, nous attendons qu’il confirme le niveau de jeu qu’il avait eu en octobre et novembre, lorsqu’il a commencé à matcher. Il avait fait un excellent match en Challenge Cup en Italie. Les coachs voulaient qu’il enchaîne face à Gloucester, mais la rencontre avait été annulée, puis il s’est blessé", raconte Matthew Clarkin.

Capable de jouer premier ou second centre, c’est au poste de numéro 12 qu’il évolue principalement cette année, après avoir disputé l’intégralité de la saison dernière en 13. "J’ai cette polyvalence. Dans le jeu, je veux peser sur la ligne, trier les ballons, jouer mes duels et mettre l’équipe dans l’avancée", détaille le joueur de 24 ans. "François doit continuer de développer sa palette technique, sa gestion des passes, ses choix offensifs et s’imposer en défense, poursuit Clarkin. C’est un joueur très solide, physiquement très dur. Il doit verrouiller le milieu de terrain." Samedi, face aux centres parisiens, qu’ils se nomment Waisea ou Laumape, le défi s’annonce grand. Vergnaud, rarement décevant, tentera de le relever.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pablo ORDAS
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?