TOP 14 - Clermont : Dessaigne, l’invité que l’on n’a pas vu arriver

  • Lucas Dessaigne, troisième ligne Clermont.
    Lucas Dessaigne, troisième ligne Clermont. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

En difficulté et affaiblie, l’ASMCA voit quelques espoirs poindre le bout de leur nez. Dont Lucas Dessaigne, troisième ligne, le premier surpris de son éclosion.

Pour l’heure, la saison 2021-2022 ne contente pas grand monde à Clermont : nombre d’internationaux sont en délicatesse pour des raisons diverses et variées (Matsushima, Moala, Lavanini…), les historiques en instance de départ n’arrivent pas à redresser le cap (Lopez, Parra) et les blessés se bousculent à l’infirmerie (Fofana, Pélissié, Yato, Fischer, Lapandry…). Au milieu de tout ça, une poignée d’éléments s’illustre à sa manière. Aux côtés des Tiberghien, Michet et Jauneau, Lucas Dessaigne (23 ans, 1,88 m, 102 kg), espoir longtemps resté dans l’ombre, constitue une relative bonne surprise.

Le troisième ligne a personnellement su tirer profit de la situation avec douze apparitions au compteur. Lui-même n’en espérait pas tant : "Pour être honnête, je ne pensais presque pas jouer en début de saison, déclare l’Auvergnat, présent depuis onze ans au club. Je ne savais pas à quoi m’attendre, je ne répondais pas aux critères des coachs. Du fait des blessures, j’ai pu avoir ma chance. J’essaye de donner le meilleur de moi-même à chaque fois. Je ne peux pas dire si c’est lié aux absences ou si ça vient de mes performances, mais quoi qu’il en soit, j’emmagasine." à Brive, où il a connu sa deuxième titularisation, il a en tout cas été un des Clermontois les plus en vue. Une performance vaine.

"J’étais vraiment dans le doute"

En attendant des jours meilleurs pour les siens, il apprend. "Cela me forge et me permet de voir que les exigences sont élevées. Je me rends compte que le chemin est très long pour arriver à devenir un joueur cadre." Le polyvalent troisième ligne avance à pas feutrés : "J’essaye de jouer le plus simplement au rugby et d’être efficace sur ce que l’on me demande. Je ne peux pas encore parler de confiance, on ne peut l’avoir qu’après plusieurs années. D’autant plus que les résultats sont compliqués. Ça veut dire que tout n’est pas parfait." Avec ses jeunes pousses déterminées et les cadres encore sur pieds, Clermont va devoir multiplier les prouesses pour arracher sa qualification. À commencer, ce samedi, par un déplacement à La Rochelle, un concurrent direct : "Il y a des erreurs récurrentes qu’il nous faut gommer pour passer un cap. Nous perdons trop de points en route."

Quoi qu’il advienne de la suite, Lucas Dessaigne aura en tout cas obtenu un nouveau contrat de deux ans en chemin : "Très honnêtement, je n’y pensais pas du tout il y a quelques mois, j’étais vraiment dans le doute. Je pensais que je n’allais pas être reconduit. J’ai eu un peu de réussite, je suis soulagé." De plus en plus sollicité en équipe première, Lucas Dessaigne n’en reste pas moins fidèle à ses habitudes : en parallèle, il entraîne encore Riom, en Fédérale 3, aux côtés notamment de son père, et il poursuit ses études de Staps : "C’est important d’avoir autre chose à côté du rugby, ça m’a fait du bien en début d’année."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?