TOP 14 - La jeunesse toulousaine doit (très) vite grandir

  • Guillaume Cramont (Toulouse).
    Guillaume Cramont (Toulouse). Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Extrêmement remanié et inexpérimenté, le groupe stadiste doit accélérer son apprentissage pour espérer mettre fin à une série de cinq revers en Top 14.

Après la défaite contre le Stade français, la cinquième de rang en Top 14, Ugo Mola a réuni ses troupes sur la pelouse du Stadium et leur a clamé sa fierté. Celle de voir "onze gamins de moins de 22 ans sur le terrain" comme il l’expliquait ensuite en conférence de presse. Cette jeunesse qui, sur l’investissement qu’elle a mis vendredi dernier, aurait sûrement mérité un autre sort que d’échouer cruellement à un point des Parisiens, sur cette ultime pénalité de Joris Segonds dans les arrêts de jeu. Mais voilà, c’est aussi la réalité actuelle du Stade toulousain. Tombé à la sixième place du classement, le champion en titre est désormais menacé dans la course à la qualification.

D’autant qu’il doit se passer des services de la grande majorité de ses internationaux, lesquels brillent dans le Tournoi des 6 Nations, jusqu’à fin mars. Et cette satanée période de fin d’année 2021 et de début 2022 a empêché le club de jouer avec toutes ses armes quand elles étaient là, lui octroyant deux reports, donc deux doublons supplémentaires dans un calendrier qui en est déjà saturé. Le premier s’est ainsi soldé par ce revers à domicile face à l’équipe de la capitale. Alors samedi, au Hameau, il s’agit de mettre enfin un terme à une série qui dure depuis trop longtemps. Avec les moyens du moment. "Cette formation, aujourd’hui, ne nous permet pas de gagner encore ce genre de match, explique Mola. Nous allons cravacher, ils vont grandir, vieillir, et comptez sur nous pour ne pas lâcher."

Revoir les choses basiques

À Pau, les présences de Dorian Aldegheri et surtout de Thomas Ramos, dans une ligne de trois-quarts qui manque d’un métronome, seront évidemment un atout de poids pour encadrer un peu plus la jeunesse toulousaine, symbolisée par les Cramont, Boubila, Mallez, Brennan, Youyoutte, Page-Relo, Germain, épée, Delibes et consorts. Mais cela ne suffira pas si ces derniers n’accélèrent pas leur apprentissage. "Le groupe doit acquérir de l’expérience à nos côtés", explique le Wallaby Rory Arnold. Lui, comme Faumuina, Placines, Guitoune ou Médard (qui avait élevé le ton récemment auprès de ses coéquipiers et que Mola a cité comme modèle à suivre pour les autres dans cette passe difficile) vont les accompagner. Mais le temps presse. à l’entraînement, le staff a réclamé cette semaine à ses hommes beaucoup de mobilité dans le jeu pour profiter de l’insouciance et de l’enthousiasme de ces mômes. Mais, défaut de leurs qualités, il a aussi insisté sur des choses basiques qu’il n’est plus nécessaire de revoir en profondeur quand tous les cadres sont alignés, les coups d’envoi étant l’exemple le plus flagrant. Puisque l’adaptation est le maître-mot de la maison, l’idée est de tendre autant vers de la simplicité que de la fraîcheur. La voie pour mûrir plus vite.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?